mis à jour le

Mali : l'accord entre Bamako et rebelles en passe d'être signé

Ouagadougou (AFP)

Un accord très attendu était en passe d'être signé mardi entre le pouvoir malien et les rebelles touareg qui contrôlent Kidal, dans le nord du Mali, après une dizaine de jours d'âpres négociations, de blocages et de tensions.

"L'accord est fin prêt pour être signé", a annoncé à l'AFP Tiébilé Dramé, l'émissaire principal de Bamako."Je suis en mesure de vous dire que l'accord intérimaire sera (...) signé dans l'après-midi", a-t-il ajouté.

Ce compromis marquera l'épilogue des difficiles discussions lancées le 8 juin par le Burkina Faso, pays médiateur, pour permettre un retour de l'armée malienne à Kidal dans la perspective de l'élection présidentielle du mois prochain.

Selon une source proche de la médiation, l'accord doit être paraphé lors d'une réunion prévue à 12H00 (locales et GMT) entre la délégation de Bamako et les représentants des groupes touareg, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA).

Le texte doit être officiellement signé dans l'après-midi à l'occasion d'une cérémonie au palais présidentiel, selon la même source.

Le chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé a mené mardi matin d'ultimes concertations avec les deux camps pour finaliser le document.

L'élection présidentielle du 28 juillet est jugée cruciale par la communauté internationale pour aider le Mali à sortir de la plus grave crise de son histoire, ouverte en 2012 par la prise du nord du pays par des islamistes armés, un temps alliés au MNLA et délogés début 2013 par une intervention militaire française.

Depuis le début, les négociations ont buté surtout sur les exigences de Bamako concernant le calendrier et les modalités du retour des soldats maliens à Kidal ainsi que du cantonnement et du désarmement des combattants touareg.

Le week-end dernier, les représentants du régime malien de transition avaient une nouvelle fois rejeté un projet d'accord soumis par les médiateurs internationaux.Mais dès lundi Tiébilé Dramé réaffirmait la volonté de Bamako de "conclure un accord" si ses "légers amendements" étaient pris en compte.

Les consultations s'étaient multipliées toute la journée pour débloquer les discussions, faisant renaître dans la soirée l'optimisme parmi les négociateurs.

Epineux désarmement

Bamako exigeait ces derniers jours que les rebelles soient désarmés sitôt l'armée malienne revenue à Kidal."Pas faisable techniquement", ont répliqué la médiation et ses partenaires, faisant valoir qu'un désarmement est une oeuvre de longue haleine, qui doit s'inscrire dans un processus "DDR" (démobilisation, désarmement, réinsertion).

Les éléments des groupes touareg devraient donc dans un premier temps être simplement cantonnés et leurs armes resteraient avec eux sur les lieux de regroupement choisis.

Dans tous les cas, l'armée malienne ne reviendra pas seule à Kidal, berceau des rébellions touareg.Elle se redéploiera "en tandem" avec la future Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), selon Tiébilé Dramé.

Commandée par le général rwandais Jean-Bosco Kazura, la Minusma doit se déployer au Mali à partir du 1er juillet et absorber la force africaine déjà sur place (Misma).

La présence des forces internationales à Kidal, où des soldats français sont basés à l'aéroport depuis plusieurs mois, est vue comme une façon de limiter le risque de confrontation entre les belligérants d'hier, alors que l'armée malienne comme les rebelles ont été accusés de nombreuses exactions.

Les mandats d'arrêt lancés par la justice malienne contre des responsables du MNLA et du HCUA, dont certains sont à Ouagadougou, ont été une autre pomme de discorde.

Les médiateurs en ont réclamé la suspension comme mesure de "détente", mais Bamako s'y opposait au nom de l'indépendance de la justice.Les participants n'ont pas levé le voile sur le contenu de l'accord final sur ce point sensible.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Mali

AFP

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

AFP

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

Bamako

AFP

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

AFP

Mali: un mort et des blessés dans des heurts

Mali: un mort et des blessés dans des heurts

rebelles

AFP

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

AFP

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

AFP

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais