mis à jour le

Grande-Bretagne: Le MI5 sur la sellette

Le Royaume-Uni, qui abrite actuellement le sommet du G8, s’est retrouvé au c oeur d’une véritable tempête diplomatique suite à des révélations que ses services de renseignements avaient espionné les délégués du G20 lors de réunions tenues en 2009.

Le quotidien londonien The Guardian a rapporté lundi que le service britannique d’écoute (GCHQ) aurait contrôlé les communications des responsables lors de ces réunions.

La publication affirme avoir obtenu des documents montrant que le GCHQ a mis en place des dispositifs sophistiqués pour intercepter les communications des responsables et surveiller leurs messages électroniques et leurs appels téléphoniques.

Suite à la publication de ces révélations, le ministère turc des Affaires étrangères a demandé des explications à l’ambassade britannique en Turquie, au moment où l’Afrique du sud a condamné ces pratiques.

La Russie qui s’oppose farouchement à la politique britannique en Syrie, dossier principal lors du sommet du G8, a qualifié les révélations de “scandale”.

Les plus hauts responsables britanniques, dont le Premier ministre David Cameron, ont refusé de commenter ces développements.

Le Foreign Office (ministère britannique des Affaires étrangères) a confirmé que la Turquie a soulevé “par téléphone” la question avec l’ambassadeur britannique, David Reddaway. Le diplomate n’a pas été convoqué par les autorités turques, a affirmé un porte-parole du Foreign Office.

Le Foreign Office et le Premier ministre David Cameron ont souligné qu’ils ne commentent pas les questions se rapportant à l’action des services de renseignements.

Interrogé si son gouvernement était en mesure de garantir que de telles pratiques ne se reproduisent pas lors du sommet du G8, M. Cameron a insisté qu’il ne commente jamais les questions sécuritaires et de renseignements.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”