mis à jour le

Les USA mènent un vaste programme d’espionnage aux accents orwelliens

Big Brother is watching you. Le célèbre roman de science-fiction de George Orwell sur le contrôle des libertés individuelles et de la vie privée par l'Etat totalitaire prend aujourd'hui un aspect prophétique. Sous prétexte de lutte contre le terrorisme, l'Etat américain, avec l'aide des géants du web, détient une énorme base de données qui lui permet de retracer les activités du monde entier sans aucun problème. L'existence d'un programme d'espionnage secret dénommé «Prism», dévoilé par Edward Snowden, un ancien agent de la National Security Agency (NSA), a mis dans l'embarras les plus grandes entreprises d'internet telles que Microsoft, Google, facebook, YouTube, skype, AOL ou encore Apple. Twitter est le seul grand réseau qui ne fait pas partie du programme. Le gouvernement américain peut ainsi consulter directement et en temps réel les mails envoyés ainsi que toute conversation, photos, vidéos, et chats internet sur ces sites. «Ils peuvent vraiment voir vos idées se former au fur et à mesure que vous les tapez», a confié l'officier au Washington Post.   «Les informations récoltées par ce programme font partie des informations les plus importantes que nous collectons à l'étranger et sont utilisées pour protéger notre pays d'une grande variété de menaces», a déclaré le patron du renseignement américain, James Clapper, dans un communiqué. Le président Barack Obama a défendu le programme, estimant qu'il s'agit d'un  moyen pour lutter contre le terrorisme. «En général, on peut se plaindre de Big Brother et du potentiel de grave danger que ce programme représente, mais quand vous regardez les détails, je pense que l'on a trouvé le bon équilibre», a déclaré le Président vendredi dernier, soulignant que «la sécurité des Américains est à ce prix et définissant la récupération quotidienne par la NSA comme un 'petit empiètement'» sur les droits à la vie privée. Ces déclarations lui auront valu le sobriquet «George W. Obama». L'ancien vice-président Dick Cheney a d'ailleurs défendu, dans une interview à Fox News, un programme dont il avait été l'architecte et qui avait été critiqué par Barack Obama au moment de son élection : «De toute évidence, je ne suis pas un fan du Président. J'ignore ce qu'il a fait de notre programme. Mais d'après ce qui a été publié, il continue d'exister et c'est une bonne chose. Je pense qu'il a sauvé des vies et a évité de nouveaux attentats.» «L'administration a désormais perdu toute crédibilité sur ce sujet», condamnait vendredi le New York Times dans un éditorial. «M. Obama prouve le truisme selon lequel l'Exécutif utilisera tous les pouvoirs qui lui sont donnés et en abusera.» D'autant qu'il n'est pas certain que ces informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Selon les révélations du Guardian, l'Allemagne était l'un des pays les plus ciblés par la collecte de données. Cela pourrait indiquer, selon les experts, que les autorités américaines se livreraient aussi à de l'espionnage industriel - ce que Washington niait déjà du temps de l'ancien programme d'espionnage Echelon.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

USA

Liberia

Un institut de recherche new-yorkais abandonne une colonie de chimpanzés

Un institut de recherche new-yorkais abandonne une colonie de chimpanzés

AFP

Burundi: 500 étudiants chassés du campus demandent "protection" aux USA

Burundi: 500 étudiants chassés du campus demandent "protection" aux USA

Rodolph TOMEGAH

Amical : Sans Messi, l’Argentine tenu en échec par l’Equateur

Amical : Sans Messi, l’Argentine tenu en échec par l’Equateur

programme

AFP

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

Afrique du Sud: Lonmin programme 6.000 suppressions d'emplois dans ses mines de platine

Afrique du Sud: Lonmin programme 6.000 suppressions d'emplois dans ses mines de platine