mis à jour le

Autant le dire… : Le management rationnel de Jean-Paul

Quand il prenait officiellement les commandes de la Société des fibres textiles du Burkina (SOFITEX) ce 23 juin 2011 (il a été nommé en conseil des ministres le 8 juin), Jean-Paul Sawadogo n'avait pas le sourire aux lèvres, comme bien de travailleurs de la nationale des fibres textiles et surtout de producteurs. Et pour cause ? La filière étant dans la tourmente.

Sur le plan international, la crise monétaire étant, les cours du kilogramme de coton fibre n'étaient pas à un niveau satisfaisant. A l'intérieur du Burkina, la situation socio-politique était si dégradée que la production du coton était vraiment menacée. Une grande partie des producteurs s'était soulevée contre non seulement le prix fixé du kilogramme de coton, mais également celui des intrants (engrais et pesticides). En outre, les producteurs regroupés dans ce mouvement de protestation exigeaient le départ d'un certain nombre de cadres de la société cotonnière. Jusque dans leur faitière, l'Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPC-B), ils réclamaient la tête de certains de leurs élus. Des affrontements ont même été observés dans certaines zones cotonnières, entre producteurs et forces de l'ordre, mais également entre producteurs. Ceux qui protestaient empêchaient par tous les moyens (y compris l'arrachage de plants de cotonniers dans des champs emblavés) les autres de produire le moindre coton. L'horizon de « l'or blanc » était bien sombre. Alors que, précédemment, Célestin Tiendrébéogo qui est en poste depuis 1995, avait réussi à hisser la production cotonnière burkinabé au premier rang des producteurs africains.

C'est dans un contexte aussi délétère que Jean-Paul Sawadogo arrive avec ses méthodes. Après avoir pris le temps de regarder, d'écouter et surtout d'analyser froidement la situation, il a compris par où il fallait résoudre la crise. D'abord avec les producteurs, il a amorcé un dialogue franc. On se rappelle lors d'un de ses multiples déplacements à Morlaba, dans le Kénédougou où la fronde était très forte, il a tenu à dire la vérité aux producteurs : « Vous avez le choix de produire le coton ou de ne pas le faire. Mais retenez que nous aurons, nous aussi à Sofitex, le choix en temps opportun de vous servir en intrants ou pas ». Toujours à Morlaba, il faut dire qu'il avait pris un grand risque puisque les frondeurs n'avaient pas hésité à lui dire vis-à-vis que si lui et les agents de Sofitex n'étaient pas accompagnés des autorités administratives locales (préfet et haut-commissaire), les choses pouvaient se passer autrement. A Yaho où il y a même eu mort d'homme après des affrontements, Jean-Paul Sawadogo est allé « plaider » le dialogue et la concertation entre producteurs. A Boromo, il y était avec Bongnessan Arsène Yé pour « calmer » les producteurs frondeurs, non sans leur dire la vérité en face.

Ensuite, au sein de la Sofitex, il a réussi à créer un environnement favorable en re-disposant les compétences. Autrement dit, s'il n'a pas nécessairement mis l'homme qu'il faut à la place qu'il faut, ses choix ont été acceptés et la machine a repris. Puisque la confiance, l'engagement et la volonté sont revenus dans la maison. C'est ce management rationnel qui a permis de contenir la crise et de remonter la pente. Passée donc cette première campagne « douloureuse » de 2011-2012, Jean-Paul, son équipe et les producteurs, avec le soutien de l'Etat et des partenaires techniques et financiers (nationaux et internationaux), ont redonné en 2012-2013 à la filière cotonnière burkinabé sa première place au plan africain. Ce n'est donc pas pour rien que les efforts de tous les acteurs ont été reconnus et encouragés à l'occasion de cette première nuit du Coton (une innovation) puis souhaités de nouveau. Car, l'objectif est bien fixé : 750 000 tonnes pour la campagne 2013-2014. Que le ciel l'entende. L'or blanc nourrit environ quatre millions de Burkinabè.

Dabaoué Audrianne KANI

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

management

MAP

Tanger accueille un forum panafricain sur le management de l'action gouvernementale

Tanger accueille un forum panafricain sur le management de l'action gouvernementale

MAP

Tanger accueille un forum panafricain sur le management de l'action gouvernementale

Tanger accueille un forum panafricain sur le management de l'action gouvernementale

Lefaso.net

Cycle de formations de l'IAVS aux applications des sciences et technologies au management et au développement, Septembre 2013

Cycle de formations de l'IAVS aux applications des sciences et technologies au management et au développement, Septembre 2013