mis à jour le

Don de l'ONASER au CHU-YO : près de 26 millions de don et l'exemple en plus

Remercier le généreux donateur et promouvoir la bonne procédure en matière de don au CHU-YO. Ce fut le maître mot de la réception officielle du matériel hospitalier de l'Office National de la Sécurité Routière (ONASER) offert au CHU-YO. C'était au cours d'une cérémonie, ce vendredi 14 juin 2013 au CHU-YO, en présence des directeurs généraux des deux structures.

« L'amélioration de la sécurité routière requiert, entre autres mesures, une amélioration de l'état de santé des populations », a déclaré le directeur général de l'ONASER. C'est pourquoi, son département, outre la sensibilisation et la répression, intègre dans ses objectifs les plus cruciaux, l'amélioration de la prise en charge médicale des accidentés. D'un coup global de 25.995.000 F CFA, ce don entre ainsi en droite ligne des objectifs de sa structure. Le partenariat entre les deux structures coule de source, de l'avis du DG de l'ONASER. Il a, en effet, expliqué que « quand il y a atteinte aux règles de la sécurité routière avec comme conséquence un accident corporel de la circulation routière, c'est aux structures de santé que sont référés les blessés ». Jugeant exemplaire la collaboration entre sa structure et l'établissement hospitalier, le colonel Alain Dabiré a indiqué que c'est cela qui a permis à l'ONASER d'être informé des besoins réels du CHU-YO et d'acquérir du matériel qui lui soit utile. Faisant preuve de modestie, le Dg de l'ONASER a qualifié ce don « de goutte d'eau dans la mer ».

Comme pour corriger son hôte, le directeur général du CHU-YO, Robert Sangaré, dira que « ce don constitue un appui substantiel, et est surtout magnifique » de par l'approche appropriée et respectueuse du donateur vis-à-vis du receveur. L'approche de l'ONASER, a expliqué Robert Sangaré, « tranche d'avec la conception de certains donateurs qui veulent que le nécessiteux ou le pauvre se contente de recevoir ce que l'on donne, même si cela ne correspond ni à ses besoins réels, encore moins à ces priorités ». Durant tout le processus, l'établissement hospitalier a été associé de bout en bout, a précisé son premier responsable. Cela a permis l'acquisition des équipements qui correspondent aux priorités de l'hôpital en matière de prise en charge des accidentés. C'est pourquoi, Robert Sangaré a souhaité que l'exemple de l'ONASER fasse école auprès des donateurs éventuels qui voudraient aider le CHU-YO.

Les deux structures, chacune dans son rôle, ont souhaité que d'autres bonnes volontés emboitent le pas de l'ONASER, et que leur partenariat naissant se pérennise. Robert Sangaré a donné l'assurance que les équipements seront utilisés à bon escient pour répondre à la politesse du premier responsable de l'ONASER, qui s'est dit convaincu de leur bonne utilisation.

Service Communication

A gauche le DG du CHU-YO Robert Sangaré, à droite le DG de l'ONASER Alain Dabiré pendant la remise officielle

« L'ONSER nous a associés de bout en bout à l'occasion de ce don. Cela a permis l'acquisition des équipements qui correspondent aux priorités de l'hôpital en matière de prise en charge des accidentés. », se réjouit le DG du CHU-YO

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

don

Scandale

Israël et le scandale du don de sang refusé

Israël et le scandale du don de sang refusé

LNT

INDH: Un don de 100 M$ d’Abou Dhabi

INDH: Un don de 100 M$ d’Abou Dhabi

Actualités

La Turquie fait don de 7 minibus pour la Tunisie

La Turquie fait don de 7 minibus pour la Tunisie