mis à jour le

Humanitaire : UNICEF ET OMS, UN DUO STRATEGIQUE DANS L’URGENCE

L'Unicef et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont signé la semaine dernière, une Lettre d'attente pour mieux coordonner leurs actions humanitaires dans notre pays. Le document a été paraphé par  la représentante de l'UNICEF, Françoise Ackermans, et son homologue de l'OMS, Ibrahima Socé Fall.

La Lettre définit un cadre de collaboration précisant les rôles de chaque agence dans la mise en ½uvre du plan conjoint. L'objectif est la mise en commun efficace et coordonnée des moyens des deux partenaires dans l'appui technique et financier apporté au ministère de la Santé.

La Lettre d'entente définit en détail les actions prioritaires pour répondre à l'urgence, les stratégies communes et la répartition du travail entre les deux agences pour chaque secteur : santé, eau-hygiène-assainissement (WASH) et nutrition.

Parmi les priorités, figurent la revitalisation des centres de santé et hôpitaux, l'amélioration et la gestion des services WASH dans les structures de santé mais aussi, la mise en ½uvre du plaidoyer, des politiques et stratégies en matière de nutrition. En outre, l'UNICEF et l'OMS sont engagés, à travers le Groupe de coordination choléra, à prévenir et répondre aux épidémies de choléra.

Le présent accord  a été motivé par l'urgence humanitaire et la nécessité d'agir vite et bien. En effet, la situation sanitaire reste préoccupante dans notre pays. Selon les données publiées en 2013 par le Système des Nations unies, le Mali est le troisième pays au monde avec le taux le plus élevé de mortalité des moins de 5 ans (176 pour 1000 naissances). Le taux de mortalité infantile (moins d'un an) reste aussi très élevé : 98 pour 1000 naissances. Et une femme sur 28 risquerait de mourir des suites d'une grossesse.

Cette situation a été aggravée par l'occupation des régions du nord avec la destruction d'infrastructures socio-sanitaires et le départ du personnel sanitaire. A tout cela s'ajoute la crise nutritionnelle qui sévit dans le pays depuis plusieurs années avec des taux de malnutrition aiguë globale autour de 10% (seuil critique) et de malnutrition aiguë sévère légèrement supérieurs à 2%.

Face à ce tableau sombre, dira Françoise Ackermans, il est urgent de joindre les efforts, de réunir les équipes respectives, de se concerter régulièrement pour pouvoir avancer et faire rapidement face aux différents défis sanitaires pour les enfants et les femmes. De la Lettre d'entente, la représentante de l'UNICEF retient certains mots-clés : partenariat, coordination, analyse, partage d'informations, transparence, confiance, cohérence et efficacité.

Le Dr Ibrahima Socé Fall a, pour sa part, expliqué que les deux  organismes onusiens sont là pour régler les problèmes ensemble et appuyer les autorités maliennes à faire face aux besoins des populations. « Nous ne devons pas avoir peur des problèmes, mais au contraire, rester dans une approche de résolution. Il faut reconnaitre la qualité de notre travail commun au bénéfice du Mali. Nous sommes arrivés à un consensus qui est cohérent», a jugé le représentant de l'OMS.

L'UNICEF et l'OMS s'engagent donc  à jouer un rôle de leadership dans le dialogue stratégique. Les deux agences se sont entendues sur la complémentarité de leurs rôles dans le respect de leurs mandats respectifs.

M. A. TRAORE

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

humanitaire

AFP

Au large de la Libye, la flottille humanitaire redoute l'hiver

Au large de la Libye, la flottille humanitaire redoute l'hiver

AFP

Niger: colère et compassion après l'enlèvement d'un humanitaire américain

Niger: colère et compassion après l'enlèvement d'un humanitaire américain

AFP

Nigeria: l'ONU suspend son aide après une rare attaque de convoi humanitaire

Nigeria: l'ONU suspend son aide après une rare attaque de convoi humanitaire

Unicef

Démographie

Le gigantesque baby-boom africain est un énorme défi pour le continent

Le gigantesque baby-boom africain est un énorme défi pour le continent

Centrafrique

«L'école c'est bien, mais on a faim»

«L'école c'est bien, mais on a faim»

Mutilations

Pour en finir avec le drame des excisions en Egypte

Pour en finir avec le drame des excisions en Egypte