mis à jour le

Zimbabwe: l'Afrique australe demande un report des élections

Les dirigeants des pays d'Afrique australe, réunis à Maputo, ont demandé samedi au président zimbabwéen Robert Mugabe de retarder les élections présidentielle et législatives prévues le 31 juillet.

"Il est nécessaire que le gouvernement du Zimbabwe demande à la Cour constitutionnelle un délai ultérieur au 31 juillet", a déclaré le secrétaire général de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), Tomaz Salomao, à l'issue d'un sommet de l'organisation qui s'est tenu samedi dans la capitale mozambicaine.

Robert Mugabe avait fixé la date des élections législatives et présidentielle au 31 juillet, une date aussitôt rejetée par son Premier ministre et opposant Morgan Tsvangirai qui exige l'adoption de réformes des médias et des forces de l'ordre, inféodés au président, avant la tenue du scrutin.

M. Mugabe s'appuyait sur une injonction de la Cour constitutionnelle zimbabwéenne, qui l'avait sommé de fixer une date pour les élections avant le 31 juillet.

Les élections au Zimbabwe doivent mettre fin au fragile gouvernement de cohabitation formé sous la pression internationale entre MM. Mugabe et Tsvangirai pour éviter une guerre civile, après les violences qui avaient fait environ 200 morts entre les deux tours de la présidentielle 2008.

Robert Mugabe (89 ans), au pouvoir de façon continue depuis trente-trois ans dans un pays qu'il a conduit à l'indépendance puis à la ruine, entend une nouvelle fois se succéder à lui-même.

MM. Tsvangirai et Mugabe étaient tous deux présents au sommet.

Les dirigeants de la SADC "ont pris acte de la décision de la Cour constitutionnelle du Zimbabwe sur la date des élections" mais "sont tombés d'accord sur la nécessité pour le gouvernement du Zimbabwe de demander à la Cour constitutionnelle un délai ultérieur à la date butoir du 31 juillet 2013", selon le communiqué final du sommet.

La SADC n'a pas fixé de date limite à M. Mugabe pour présenter sa demande à la Cour constitutionnelle, a précisé M. Salomao.

Concernant la République démocratique du Congo (RDC), où le mouvement rebelle M23 est actif dans l'est du pays, le sommet a appelé le Rwanda et l'Ouganda à "envisager d'engager toutes les forces négatives dans un effort pour trouver une solution politique durable dans la région des Grands Lacs".

Des experts de l'ONU accusent le Rwanda et l'Ouganda, voisins de la RDC, de soutenir la rébellion - ce que ces deux pays réfutent.

La SADC, qui joue les médiateurs dans la crise malgache, a par ailleurs "réitéré sa décision antérieure de ne pas reconnaître les résultats de toute élection" qui prendrait en compte "les candidats ayant présenté leur candidature en violation de la Constitution".

Les trois candidatures controversées sont celles de l'actuel homme fort de Madagascar Andry Rajoelina, de l'épouse de l'ancien président Marc Ravalomanana déposé en 2009, Lalao, et de l'ancien président Didier Ratsiraka. La SADC leur a demandé de se retirer pour éviter des troubles sur l'île.

Le sommet de Maputo a "appelé la communauté internationale à continuer d'exercer une pression politique et diplomatique sur les trois candidats illégitimes à la présidentielle pour qu'ils se retirent (...) pour la paix et la stabilité à Madagascar".

La décision de la Cour électorale spéciale malgache d'accepter les trois candidatures controversées a suscité la colère de la communauté internationale, qui doit financer le scrutin, prévu le 23 août.

AFP

Ses derniers articles: L'Afrique doit doubler ses investissements dans les infrastructures  Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech ouvre ses portes au public  Au Maroc, le long chemin des familles des détenus du "Hirak" 

report

AFP

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

AFP

Tunisie: le report des municipales, "un pas en arrière" selon des ONG

Tunisie: le report des municipales, "un pas en arrière" selon des ONG

AFP

CAN-2019: report d'une mission d'inspection des infrastructures au Cameroun

CAN-2019: report d'une mission d'inspection des infrastructures au Cameroun

élections

AFP

Kenya: la police a tué 35 personnes pendant les élections d'août

Kenya: la police a tué 35 personnes pendant les élections d'août

AFP

Elections au Liberia: cinq choses

Elections au Liberia: cinq choses

AFP

Au Liberia, les femmes jeûnent pour des élections sans violences

Au Liberia, les femmes jeûnent pour des élections sans violences