mis à jour le

La monarchie marocaine et la régence

La régence est une institution assez marginale dans l'histoire de la monarchie marocaine. Dans les monarchies occidentales où elle a souvent eu cours, elle sert à suppléer, dans un système héréditaire par voie de primogéniture (autrefois mâle), à l'incapacité du titulaire du trône à exercer ses fonctions - généralement en raison de son trop jeune âge, mais parfois, comme entre 1944 et 1950 en Belgique, pour des raison politiques (le Roi Léopold III était considéré comme collaborateur par près de la moitié de l'opinion belge, notamment à gauche et parmi les francophones). Quelques cas de régence de ce type ont eu cours au Maroc également - le dernier en date étant le fameux Ba Ahmed, de son vrai nom Ahmed Benmoussa - régent lors de la prime enfance du calamiteux roi Moulay Abdelaziz, de 1894 à 1900.

L'orthodoxie musulmane est en effet majoritairement hostile au principe de la monarchie héréditaire par voie de primogéniture - principe rappelé par Mustapha Belarbi Alaoui lors de la campagne référendaire de 1962 lors de laquelle cet 'alem, proche de l'UNFP, appela à voter non au projet de Constitution au  nom de l'islam.

Le dogme musulman sunnite classique ne connaît pas la notion de monarchie héréditaire - il s'agit plutôt d'une monarchie élective, avec cette particularité que les candidats à la fonction suprême sont choisis parmi une dynastie ou un clan:

A l'époque dite classique (les premiers siècles), la communauté des croyants s'en remet à un chef, le calife (l'imam chez les chiites), le lieutenant du Prophète. Dans la Cité humaine, c'est lui qui détient, au nom du Prophète, l'autorité et le commandement; c'est le chef de l'exécutif (...). C'est lui qui est chargé de maintenir l'unité de la « communauté« , qui exerce la charge de la « commanderie du bien« . C'est à propos de la mode de désignation du calife, de l'imam, et des conditions qu'il doit remplir pour être élu qu'il y eut rupture entre le sunnisme et le chiisme.

Dans la tradition sunnite le calife est bien le lieutenant du Prophète, mais en quelque sorte en tant que premier fonctionnaire de la Cité. Selon la majorité des docteurs (uléma) sunnites, il doit être désigné par l'élection, comme le furent les premiers califes après la mort du Prophète. Il est élu par les notables, ceux « qui délient et lient » (Ahl al-hal wa al 'aqd) parmi les membres de la tribu du Prohète (Quraysh). Il doit être apte, physiquement et moralement, à remplir sa charge, mais celle-ci ne le rend ni infaillible ni irréprochable. (Mohamed Javad Javid, « Droit naturel et droit divin comme fondements de la légitimité politique: une étude comparative du christianisme et de l'Islam« , thèse de doctorat en droit présentée à la Faculté de droit de Toulouse, 2005, pp. 291-292)

L'histoire arabo-musulmane allait cependant évoluer:

Le système monarchique a souvent été dénoncé comme contraire à l'Islam et il a toujours été reproché à la dynastie omayade de l'avoir instauré. (Sélim Jahel, « INTRODUCTION A L'ETUDE DU SYSTEME CONSTITUTIONNEL DU ROYAUME D'ARABIE SAOUDITE« , p. 14)

Le caractère héréditaire de la monarchie allait au Maroc s'affirmer, mais pas avec primogéniture absolue, le projet de constitution de 1908 (jamais entré en vigueur) parlant significativement de « plus proche des aînés« :

Article 10: L'héritage du Sultanat revient, selon les anciennes coutumes, au plus proche des aînés.

Dans cette optique, si la succession au trône n'est pas forcément destinée à l'aîné des fils, le décès du monarque n'est donc pas forcément retardé par le bas âge de l'aîné, ainsi que cela peut être le cas en monarchie héréditaire par primogéniture lorsque l'héritier présomptif n'a pas la majorité. Il suffit alors de désigner un autre fils du souverain défunt, jugé apte à régner.

La Constitution de 1962 allait manifester la primauté royale et la préférence de Hassan II pour la primogéniture:

Article 20.
La couronne du Maroc et ses droits constitutionnels sont héréditaires et se transmettent aux descendants mâles, en ligne directe et par ordre de primogéniture de S. M. le Roi Hassan II. Lorsqu'il n'y a pas de descendant mâle, en ligne directe, la succession au trône est dévolue à la ligne collatérale mâle la plus proche et dans les mêmes conditions.

La Constitution de 1970 modifiait sensiblement cette disposition en introduisant un droit d'option royal, Hassan II pouvant désigner un autre fils que son aîné comme successeur:

Article 20.
La couronne du Maroc et ses droits constitutionnels sont héréditaires et se transmettent aux descendants mâles, en ligne directe et par ordre de primogéniture de S. M. le Roi Hassan II, à moins que le roi ne désigne de son vivant un successeur parmi ses fils, autre que son fils aîné. Lorsqu'il n'y a pas de descendant mâle, en ligne directe, la succession au trône est dévolue à la ligne collatérale mâle la plus proche et dans les mêmes conditions.

Cette disposition allait demeurer inchangée à travers les révisions constitutionnelles de 19721992 et 1996.

La Constitution actuelle, en date de 2011, en dispose de même, Hassan II étant remplacé par Mohammed VI:

Article 43.
La Couronne du Maroc et ses droits constitutionnels sont héréditaires et se transmettent de père en fils aux descendants mâles en ligne directe et par ordre de primogéniture de SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI, à moins que le Roi ne désigne, de Son vivant, un successeur parmi Ses fils, autre que Son fils aîné. Lorsqu'il n'y a pas de descendants mâles en ligne directe, la succession au Trône est dévolue à la ligne collatérale mâle la plus proche et dans les mêmes conditions.

Il n'y a pas, à ma connaissance, de liste officielle des prétendants au trône. Sur la base l'article 43, cela donne donc la liste suivante:
1- Le prince héritier Moulay Hassan, fils du Roi;
2- Le prince Moulay Rachid, frère du Roi;
3- Le prince Moulay Hicham, fils aîné de Moulay Abdallah (frère de Hassan II), cousin du Roi;
4- Le prince Moulay Ismaïl, petit frère de Moulay Hicham, cousin du Roi.
5- Le prince Moulay Abdallah, fils de Moulay Ismaïl.

Si quelqu'un est en mesure de complèter...

Ce principe de primogéniture, atténué par la possibilité pour le Roi de désigner un autre de ses fils comme prince héritier, pose donc le problème de la régence. En effet, depuis la Constitution de 1962 un âge de majorité royal est fixé, qui empêche le Prince héritier mineur d'accéder au trône: de 18 ans en 1962, cette majorité va paradoxalement être abaissée à 16 ans par une révision constitutionnelle adoptée par voie référendaire en 1980, alors même que le Prince héritier et actuel Roi avait 17 ans. Le texte constitutionnel de 2011 va ramener la majorité royale à dix-huit ans. Qui dit majorité royale dit que le Prince héritier mineur ne pourra exercer la fonction de Roi. Son accession au trône n'est cependant que retardée, de sorte qu'une fois atteint l'âge de la majorité royale, il exercera alors la plénitude des pouvoirs royaux (au Maroc, ceci n'est pas une figure de style). Qui alors exercera ses pouvoirs durant cet intermède?

L'option d'un Régent unique a été écartée au Maroc (probablement dû à l'héritage historique des guerres de succession entre héritiers du sultan), et c'est le Conseil de Régence - instance collective - qui depuis 1962 se voit dévolu l'exercice des pouvoirs royaux dans l'attente de la majorité royale de l'héritier - hypothèse d'école, car tant Hassan II que Mohammed VI étaient majeurs au moment du décès de leur père respectif.

[...]

La Constitution de 2011, outre le relèvement de la majorité royale, ne modifie que la composition du Conseil:

Article 44.
Le Roi est mineur jusqu'à dix-huit ans accomplis. Durant la minorité du Roi, un Conseil de Régence exerce les pouvoirs et les droits constitutionnels de la Couronne, sauf ceux relatifs à la révision de la Constitution. Le Conseil de Régence fonctionnera comme organe consultatif auprès du Roi jusqu'au jour où il aura atteint l'âge de vingt ans accomplis.

Le Conseil de Régence est présidé par le Président de la Cour Constitutionnelle. Il se compose, en outre, du Chef du Gouvernement, du Président de la Chambre des Représentants, du Président de la Chambre des Conseillers, du Président-délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, du Secrétaire général du Conseil supérieur des Oulémas et de dix personnalités désignées par le Roi intuitu personae.

Les règles de fonctionnement du Conseil de Régence sont fixées par une loi organique.

 

Source de l’image : Un dessin de Vasquez sur Courrier international

Toutes les versions constitutionnelles ont posé l'exigence d'une loi organique pour l'adoption du texte régissant les modalités de fonctionnement et la composition du Conseil de Régence. En droit constitutionnel marocain, la loi organique n'est en fait qu'une loi soumise à un contrôle de constitutionnalité préalable par l'organe judiciaire en charge de contrôle - actuellement, la Cour constitutionnelle. La loi organique n'offre donc aucune garantie particulière en termes de majorité parlementaire renforcée, de contrôle parlementaire accru ou d'autre modalité substantielle. Cela est d'autant plus vrai depuis 2011 qu'une modalité d'exception d'inconstitutionnalité, copiée sur la question préjudicielle de constitutionnalité du droit français, permet désormais le contrôle - a posteriori - de toute loi lors d'un litige relatif à son application (article 133 de la Constitution).

Plusieurs lois organiques ont été promulguées relativement au Conseil de Régence - le dahir 1-63-300 du 21 jomada II 1383 (9 novembre 1963) portant loi organique relative au Conseil de régence, le dahir 1-70-191 du 1er chaabane 1390 (3 octobre 1970) portant loi organique relative au Conseil de régence et enfin le dahir portant loi organique n° 1-77-290 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative au Conseil de régence, modifié en 1982 par le dahir 1-81-377 du 11 rejeb 1402 (6 mai 1982) portant promulgation de la loi organique n° 29-80 modifiant le dahir n° 1-77-290 - c'est le texte actuellement en vigueur.

On notera qu'en 1965, alors que l'état d'exception avait été décreté suite aux émeutes de Casablanca du 23 mars 1965, un Conseil de régence provisoire avait été institué par décret royal n° 150-65 du 16 safar 1385 (16 juin 1965). En violation flagrante de l'article 21 alinéa 3 de la Constitution de 1962, 3 de ses membres - dont ironiquement le général Oufkir - étaient ministres. Il est vrai cependant que l'article 35 de ladite constitution donnait au Roi carte blanche:

Lorsque l'intégrité du territoire national est menacée, ou que se produisent des événements susceptibles de mettre en cause le fonctionnement des institutions constitutionnelles, le Roi peut, après avoir consulté les présidents des deux Chambres et adressé un message à la nation, proclamer, par décret royal, l'état d'exception. De ce fait, il est habilité, nonobstant toutes dispositions contraires, à prendre les mesures qu'imposent la défense de l'intégrité territoriale et le retour au fonctionnement normal des institutions constitutionnelles.

En 1980, Hassan II fit preuve du même type de Fingerspitzengefühl qu'en 1965 en nommant par dahir le général Dlimi dans le Conseil de régence...

La dernière loi organique en vigueur est donc celle de 1977, modifiée en 1982. Certains m'objecteront que l'article 44 de la nouvelle constitution fait référence à une loi organique devant en préciser le fonctionnement. Mais cet article n'abroge pas ipso facto la loi organique de 1977: les modifications constitutionnelles introduites en 2011 - relèvement de la majorité royale à 18 ans, modification de la présidence (président de la Cour constitutionnelle et non plus celui de la Cour suprême) et modification de la composition du Conseil de régence (la modification la plus notable étant l'adjonction du Chef du gouvernement) - ne nécessitent guère de modifications. Les présidents des deux chambres du parlement demeurent membres, le Chef de gouvernement ainsi que le Président-délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire les rejoignent, le premier président de la Cour suprême est remplacé par le président de la Cour constitutionnelle et le président du Conseil régional des oulémas de Rabat-Salé l'est par le secrétaire général du Conseil supérieur des oulémas, et le Roi continue de nommer 10 autres membres intuitu personae. Un simple dahir de nomination des membres suffirait donc à mettre à jour la réglementation, en attendant la loi organique figurant dans l'agenda législatif du gouvernement Benkirane (mais, et c'est très mauvais signe, confié au Palais pour rédaction, alors même que l'article 78 alinéa 1 de la Constiution précise que l'initiative des lois appartient concurremment au Chef du gouvernement et aux parlementaires - aucun mention du Roi ici).

[...]

Le pire concerne les dix membres du Conseil de régence nommés intuitu personae par le Roi: la loi organique ne pose aucune condition, quelle qu'elle soit, les concernant - ni même de nationalité ou de moralité, ni aucune incompatibilité - il semblerait opportun, vu l'histoire du Maroc post-1956, d'interdire toute présence de militaire ou de sécuritaire dans ce conseil - militaires et sécuritaires sont là pour exécuter les instructions du pouvoir exécutif, pas pour l'exercer. La durée du mandat de ces membres n'est pas fixée, et aucune règle n'existe en cas de décès, de démission ou d'empêchement. Encore plus choquant du point de vue démocratique: aucun contrôle ou assentiment parlementaire n'existe sur ces dix membres.

C'est donc à un défi que le gouvernement Benkirane, qui a très imprudemment - et contrairement sinon à la lettre sinon à l'esprit de la Constitution de 2011 - délégué la rédaction de la nouvelle loi organique au Palais, aura à relever. La moindre des choses serait de reprendre la main et de préparer une loi organique comblant les failles juridiques et démocratiques, avec le minimum syndical suivant:

  • élection des dix membres intuitu personae du Conseil de régence à la majorité qualifiée des trois quarts par la Chambre des représentants;
  • conditions de nationalité, de moralité et de compétence de ces membres;
  • incompatibilité absolue avec l'exercice de fonctions parlementaire, ministérielle, judiciaire, militaire ou sécuritaire;
  • limitation du rôle de ce Conseil aux seules fonctions royales ne pouvant être exercées par le Chef du gouvernement (notamment les fonctions de chef des armées - qui voudrait d'un Chabat commandant suprême des FAR?), qui devrait hériter du reste;

Plus profondément, c'est d'une réduction substantielle des prérogatives royales dont les institutions marocaines auraient besoin - si le Roi se contentait d'un rôle symbolique (exception éventuellement faite des questions militaires et religieuses), nul besoin de perdre trop de temps à peser sur la balance chaque article de la loi organique sur le Conseil de régence. C'est l'incurie institutionnelle marocaine - ça fait quand même deux ans que la Constitution de 2011 a été adoptée, et que seule une loi organique a vu le jour - qui est la cause d'éventuels problèmes futurs, et il serait futile d'en accabler de manière paranoïaque les complots domestiques ou étrangers habituels.

Par : Ibn Kafka

Lire tout l’article sur le blog d’Ibn Kafka

Mamfakinch

Ses derniers articles: Paying for the sins of others  Anouzla, ce terroriste !  العلاقة مع السلطة… بعيداً عن السجال 

monarchie

AFP

Le Maroc, entre monarchie et réformes

Le Maroc, entre monarchie et réformes

Potiche

Le vrai roi du Swaziland, c'est Coca-Cola

Le vrai roi du Swaziland, c'est Coca-Cola

La rédaction

Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD

Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD

marocaine

AFP

L'éducation marocaine "en danger"

L'éducation marocaine "en danger"

AFP

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

AFP

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison