mis à jour le

Obama en Afrique : une visite à 100 millions de dollars

La prochaine tournée du président américain Barack Obama en Afrique va coûter 100 millions de dollars. Cette information a été révélée par le Washington Post. Une somme colossale qui doit couvrir les frais de sa visite dans trois pays africains : Sénégal, Tanzanie et Afrique du Sud. C'est le safari prévu au programme qui a suscité la curiosité du quotidien national américain, avant d'être retiré de l'agenda présidentiel. Le prix de la visite officielle du chef d'Etat des Etats-Unis a tellement provoqué la polémique que son équipe de communication s'est précipitée pour éteindre l'incendie : « Le président n'allait pas ignorer un continent pour des questions d'argent, même pour 100 millions, c'est une bonne affaire car l'Afrique a une économie en pleine croissance », a déclaré Ben Rhodes, conseiller du président Obama.

Obama

AFP

Obama et l'Afrique, un héritage surtout symbolique

Obama et l'Afrique, un héritage surtout symbolique

AFP

Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine

Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine

AFP

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles

Afrique

AFP

Afrique du Sud: Pistorius légèrement blessé dans une bagarre en prison

Afrique du Sud: Pistorius légèrement blessé dans une bagarre en prison

AFP

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique

AFP

Afrique du Sud: la nomination du procureur général, proche de Zuma, annulée

Afrique du Sud: la nomination du procureur général, proche de Zuma, annulée

visite

AFP

Christine Lagarde en visite au Bénin, prévoit une croissance de 6%

Christine Lagarde en visite au Bénin, prévoit une croissance de 6%

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

AFP

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

Burkina: le Conseil de sécurité boucle