mis à jour le

La révolte du premier bataillon malien formé par l’Union européenne

Le premier bataillon de l'armée malienne encadré par la mission de l'Union européenne au Mali (EUTM mali) a fini sa formation officiellement le 8 juin.

 


Lors de la cérémonie de clôture, les soldats de ce bataillon ont refusé de se présenter.
Les années précédentes, la communauté internationale a lancé différents programmes qui n'ont pas abouti à la professionnalisation de cette armée.

 
L'épisode s'est déroulé le 8 juin 2013 à Koulikoro. Le bataillon « Waraba » (« les lions » en bambara), premier bataillon de l'armée malienne formé par l'Union européenne au Mali (EUTM), devait être officiellement présenté aux diplomates et aux officiels maliens (à commencer par le ministre de la défense) lors d'une cérémonie à Koulikoro. Une manifestation symbolique qui devait clôturer avec éclat les dix semaines de formations reçues par ces hommes.

 
La révolte du bataillon Waraba

 
Las. La cérémonie a été un fiasco : les soldats de la nouvelle armée malienne ont refusé d'y participer. Persuadés que leurs chefs avaient détourné l'argent investi par l'Union européenne dans leur formation, les soldats du bataillon Waraba ont protesté pour obtenir le versement de leur prime. Un geste spectaculaire qui témoigne du manque de confiance des soldats envers leur hiérarchie, et qui nourrit le doute sur l'efficacité de la mission de l'Union européenne.

 
Une opération de 12,3 millions d'euros

 
Le mandat de la mission de l'EUTM Mali doit durer 15 mois. Pendant cette période, 450 personnes (200 instructeurs et 150 personnes affectées au soutien et à la protection de cette force) ont la charge de former quatre bataillons (environ 700 hommes) successivement sur une période de dix semaines. Les coûts de l'opération sont estimés, selon l'EUTM Mali, à 12,3 millions d'euros.

 
Le premier bataillon formé par l'EUTM Mali est composé de trois compagnies d'infanterie et d'unités d'appui spécialisées dans le domaine de l'arme blindée cavalerie, de l'artillerie et du génie : soit 715 hommes commandés par le lieutenant-colonel Yacouba Sanogo. Si de nombreux observateurs doutent de l'efficacité de cette formation, cela tient au fait que ce n'est pas la première fois que l'armée malienne est directement soutenue et aidée par la communauté internationale, en premier lieu par la France et les États-Unis.
Le fiasco de la formation française.

 
Depuis 1998, la France a mis en place le programme « Renforcement des capacités africaines de maintien de la paix » (Recamp), un vaste plan de formation de cadres et d'unités en vue de les préparer aux missions de maintien de la paix sur le continent africain : exercice, entraînement et fourniture d'équipement et de matériel militaires. Au Mali, Koulikoro était le centre de la mission Recamp. Des centaines des milliers d'officiers africains de la sous-région, en particulier maliens, ont été formés dans l'école de Koulikoro.

 
« Clientélisme, passe-droits, corruption... nous nous heurtions à des comportements et des habitudes de l'armée malienne qui nous empêchaient de remplir sérieusement notre mission, confiait à la Croix, il y a quelque mois, l'un de ces instructeurs. Lorsque nous en parlions avec les généraux maliens, ils nous répondaient qu'ils ne pouvaient rien faire, qu'ils avaient des obligations et des nécessités que nous ne pouvions pas comprendre ! À Paris, tout le monde le savait mais cela ne changeait rien sur le terrain. Si mal préparée et si mal commandée, nous n'avons pas été surpris de voir cette armée capituler si rapidement devant les djihadistes, l'année dernière. »

 
Le fiasco de l'aide américaine

 
Après le 11 septembre 2001, les États-Unis lancent le Pan-Sahel initiative (rebaptisé en 2005, la Trans-Sahara Counter-terrorism Initiative) : un vaste plan de formation et de soutien aux armées du Sahel pour contenir l'expansion du terrorisme, avec un budget de 500 millions de dollars sur cinq ans.

 
Le Mali a largement bénéficié de l'aide américaine. Par exemple, les États-Unis ont construit la base militaire de Tessalit, ils l'ont ravitaillée par un pont aérien lorsqu'elle a été encerclée l'année dernière par le MNLA. De nombreux officiers maliens ont été formés dans les académies militaires américaines : ainsi par exemple, entre 2004 et 2010, le capitaine Sanogo, auteur du putsch du 22 mars 2012, y a suivi plusieurs formations.

 
L'optimisme de l'EUTM Mali

 
Interrogé sur ces échecs passés, le lieutenant-colonel de Cussac, officier presse de l'EUTM Mali, affiche un optimisme serein. « Nous, nous voulons créer un bataillon avec un esprit de corps. Nous ne donnons pas une formation personnelle. Nous prenons en main un bataillon qui en principe ne se séparera pas à la sortie de Koulikoro », explique-t-il.

 
Si l'armée malienne manquait de professionnalisme, d'équipement, d'entraînement et de pratique, elle est surtout gangrenée, selon lui, par la méfiance entre les hommes du rang et leur hiérarchie : « Rétablir cette confiance, c'est l'objectif de notre formation. Nous y arriverons, affirmait-il alors. Ceux qui pensent que nous échouerons sont des cyniques qui regardent l'Afrique du boulevard Saint-Germain ! »

LAURENT LARCHER

 

Publié le samedi 15 juin 2013  |  La Croix

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

révolte

AFP

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

AFP

Egypte: les espoirs déçus de la jeunesse, moteur de la révolte de 2011

Egypte: les espoirs déçus de la jeunesse, moteur de la révolte de 2011

AFP

L'Egypte marque dans l'indifférence les cinq ans de la révolte de 2011

L'Egypte marque dans l'indifférence les cinq ans de la révolte de 2011