mis à jour le

Foot: la Libye bat le Togo et fait un pas de plus vers le Mondial au Brésil

La Libye a fait un grand pas vendredi vers le 3e tour de qualification de la Zone Afrique pour le Mondial-2014, en battant à Tripoli le Togo (2-0), diminué par l'absence de joueurs cadres inquiets pour leur sécurité, une semaine après des violences meurtrières à Benghazi dans l'est libyen.

Aucun incident particulier n'a été signalé au cours de ce match qui s'est joué devant plus de 50.000 spectateurs en liesse.

Les organisateurs n'ont cessé toutefois d'appeler le public, par hauts parleurs, à ne plus faire usage de fumigènes, au risque de sanctions par la Fédération internationale de football (FIFA) qui a dépêché un officier de sécurité sur place.

La Libye a ouvert la marque dès la 7e minute par Faical Badri sur penalty sifflé pour une main de Komlan Amewou dans la surface.

Et c'est ce même Amewou qui a trompé son propre gardien quelques minutes plus tard, en déviant maladroitement de la tête un centre libyen (18e).

Les "Chevaliers de Méditerranée" ont ensuite géré tranquillement la suite du match, face à des Togolais inoffensifs.

La victoire a provoqué des scènes de liesse à Tripoli et dans d'autres villes du pays, où des milliers de Libyens défilaient dans un concert assourdissant de klaxons, pour fêter le premier succès de la sélection devant son public.

Ce match devait se jouer à Benghazi. Mais la Fifa a annoncé lundi son déplacement à Tripoli, la capitale, au lendemain d'affrontements meurtriers entre une brigade d'ex-rebelles et des manifestants, ayant fait plus de 30 morts et d'une centaine de blessés.

Mais l'annonce du nouveau lieu du match n'a pas rassuré certains joueurs d'une sélection togolaise toujours marquée par l'attaque de Cabinda du 8 janvier 2010.

Ce jour là, le bus transportant leur délégation à la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2010) avait été mitraillé dans cette enclave angolaise par des séparatistes. Deux membres de la délégation avaient été tués.

La Fédération togolaise (FTF) a confirmé officiellement jeudi les forfaits d'Alaixys Romao (milieu de terrain de Marseille) et Jonathan Ayité (attaquant de Brest), "rentrés en France, évoquant des raisons de sécurité".

Ces forfaits ont contribué à la défaite des "Eperviers" togolais, derniers du groupe avec 4 points, qui ont perdu vendredi tout espoir pour se qualifier au 3e tour.

Les Libyens, toujours invaincus (2 victoires, 3 nuls), sont en tête du groupe I avec 9 points, en attendant le match entre la RD Congo (5 pts) et le Cameroun (6 pts) dimanche.

Lors de la dernière journée, les Libyens feront le déplacement au Cameroun pour un match qui pourrait être décisif.

AFP

Ses derniers articles: Kenya: plus de 30 morts dans l'accident puis l'explosion d'un camion-citerne (responsables)  Burkina: les procès "point de départ d'une vraie réconciliation"  Nigeria: de "nombreux morts" dans l'effondrement d'une église 

Libye

AFP

Tunisie: découverte de caches d'armes

Tunisie: découverte de caches d'armes

AFP

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

AFP

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre (gouvernement italien)

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre (gouvernement italien)

Togo

AFP

Le Togo rend hommage

Le Togo rend hommage

AFP

La Bretagne de Domenech annule son match au Togo faute d'accord financier

La Bretagne de Domenech annule son match au Togo faute d'accord financier

AFP

Eliminatoires CAN: le Togo veut qu'Adebayor revienne, le joueur refuse toujours

Eliminatoires CAN: le Togo veut qu'Adebayor revienne, le joueur refuse toujours

Brésil

AFP

JO-2016/Basket: le Brésil élimine le Nigeria et doit attendre

JO-2016/Basket: le Brésil élimine le Nigeria et doit attendre

AFP

Corruption: les pays émergents, Brésil en tête, inquiètent Transparency International

Corruption: les pays émergents, Brésil en tête, inquiètent Transparency International

Slate.fr

Trois siècles de traite négrière résumés en deux minutes

Trois siècles de traite négrière résumés en deux minutes