mis à jour le

Soudan : explosion sur un oléoduc, l'armée accuse des rebelles soutenus par Juba

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

Un oléoduc a explosé dans la région d'Abyei, a affirmé jeudi l'armée soudanaise, en accusant des rebelles soutenus par Juba d'être derrière l'attaque dans cette zone disputée entre les deux Soudans.

Le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), principale formation rebelle du Darfour (ouest), a démenti toute implication dans la coupure de l'oléoduc.

Des insurgés du JEM "sont venus de l'intérieur du Soudan du Sud et ont mené leur attaque contre l'oléoduc mercredi à 18H00 GMT", a affirmé dans un communiqué le porte-parole de l'armée soudanaise, Sawarmi Khaled Saad.

"Ce groupe a reçu un soutien technique de l'armée du Soudan du Sud pour faire exploser l'oléoduc", provoquant "un incendie désormais sous contrôle", a-t-il ajouté.

"Le JEM n'a pas fait exploser cet oléoduc", a répliqué dans un communiqué Gibril Adam Bilal, porte parole du mouvement.Il a affirmé que cette explosion était un "montage".

Selon une source au sein du ministère soudanais du Pétrole, qui a parlé d'un "défaut" sur l'oléoduc, des experts étaient en route jeudi afin d'évaluer sur place les dégâts.

Un habitant d'Abyei, une région dont le statut est l'un des points de friction majeur entre les deux Soudans, a indiqué que l'explosion s'était produite à plusieurs kilomètres de Difra et qu'il y avait eu un énorme incendie.

Le président soudanais Omar el-Béchir avait ordonné samedi dernier le blocage du transit du pétrole sud-soudanais par les infrastructures soudanaises, reprochant au Soudan du Sud de soutenir des rebelles sur le territoire soudanais.

Le lendemain, Khartoum avait annoncé qu'il renonçait à appliquer une série d'accords avec le Soudan du Sud sur la sécurité et le pétrole, tout en assurant être prêt à revenir sur sa décision si Juba cessait de soutenir des rebelles sur le territoire soudanais.

Le gouvernement sud-soudanais a toujours démenti toute forme de soutien aux rebelles, ses anciens alliés pendant la guerre civile (1983-2005) ayant abouti à la partition en juillet 2011, et accuse en retour Khartoum de soutenir des rebelles sur son territoire.

Juba a hérité de 75% des réserves de pétrole lors de la partition mais dépend des infrastructures soudanaises pour exporter son or noir.

Après des mois d'affrontements intermittents, le Soudan et le Soudan du Sud avaient signé début mars, sous l'égide de l'Union africaine, neuf accords destinés à normaliser leurs relations, avec l'établissement d'une zone tampon à la frontière.

Les autres accords portaient sur la circulation des personnes et des biens et sur la reprise du transit de pétrole, auxquels Juba avait renoncé début 2012 parce que Khartoum se payait en nature faute d'accord sur un partage des revenus.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Soudan

AFP

Le pape appelle

Le pape appelle

AFP

Famine au Soudan du Sud: le président promet d'aider l'accès aux ONG

Famine au Soudan du Sud: le président promet d'aider l'accès aux ONG

AFP

Le Soudan du Sud souffre d'une famine "causée par l'homme"

Le Soudan du Sud souffre d'une famine "causée par l'homme"

explosion

AFP

CAN 2017: explosion de joie au Cameroun

CAN 2017: explosion de joie au Cameroun

AFP

Somalie: 7 morts dans une double explosion

Somalie: 7 morts dans une double explosion

AFP

Explosion d'un camion-citerne au Kenya: le bilan monte

Explosion d'un camion-citerne au Kenya: le bilan monte

rebelles

AFP

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

AFP

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

AFP

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais