mis à jour le

Tout cela est considérablement néfaste pour l’image de la Tunisie

Les vingt terroristes casseurs de l'ambassade des Etats-Unis et amis personnels des poseurs de bombes de jebel Châambi, écopent de deux ans avec sursis, et les trois pacifiques jeunes filles, qui ont montré un bout de leur corps, pas plus, du reste, que ce que l'on voit sur nos plages où leurs cons½urs se baladent en monokini, de quatre mois ferme. Voilà où en est la justice de ce pays, sous le pouvoir théocratique d'Ennahdha.

Et que l'on ne vienne plus nous parler d'indépendance de la justice. Pour y croire vraiment, il ne faudrait plus que l'on assiste à de telles disparités criardes, dans les jugements. La peine infligée mercredi dernier, par la justice tunisienne, aux trois jeunes Femen françaises et allemande, qui avaient manifesté topless, à Tunis, en soutien à leur camarade tunisienne emprisonnée Amina Sboui, choque en raison de ces jugements à la tête du client.

«Par cette décision, le pouvoir tunisien prouve sa sauvagerie théocratique et montre au monde entier, qu'il bafoue les conventions démocratiques», s’emporte auprès de Libération, Inna Shevchenko, la leader des Femen. «Très en colère», elle dit avoir bien l’intention de poursuivre le combat Femen, en Tunisie.

Selon leur avocat Souhaib Bahri, qui défend également Amina Sboui, «Le tribunal a cédé à la pression des associations islamistes ». Une quinzaine d'associations rétrogrades ont tenté de se constituer partie civile, dans cette affaire de la honte pour le pays. « Le tribunal a créé un délit de blasphème, en Tunisie car, au vu de la sévérité, c'est un jugement à connotation religieuse. On essaie d'instaurer un Etat religieux. Je suis inquiet aussi pour l'état de la justice, car les jugements ne sont pas proportionnels. Les vingt personnes jugées pour l'attaque de l'ambassade américaine ont écopé de deux ans avec sursis. Mais pour des questions de liberté d'expression, pour des faits beaucoup moins graves, on emprisonne.» dénonce-t-il

Côté officiel, le quai d’Orsay dit «regretter la sévérité de cette peine», tandis que Berlin a fait part de son «inquiétude» et l'Union européenne de sa «surprise». La condamnation de deux citoyennes françaises assombrira certainement, le décor, lors de la visite de François Hollande, prévue pour mai dernier mais, finalement reportée au mois de juillet. Les avocats Patrick Klugman et Ivan Terel ont déjà annoncé qu'ils viendraient «immédiatement à Tunis pour amplifier la mobilisation internationale, surtout dans la perspective de la venue de François Hollande ».

Tout cela est considérablement néfaste pour l'image du pays.

Ridha Ben Kacem

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Tunisie

AFP

Le navire de militants anti-migrants bloqué au large de la Tunisie

Le navire de militants anti-migrants bloqué au large de la Tunisie

AFP

La Tunisie vote une loi contre les violences faites aux femmes

La Tunisie vote une loi contre les violences faites aux femmes

AFP

Deux touristes allemandes blessées par un "déséquilibré" en Tunisie

Deux touristes allemandes blessées par un "déséquilibré" en Tunisie