mis à jour le

Gestion administrative : Le ministre Colonel Moussa Sinko Coulibaly serait-il en train de mélanger les pédales?

Moussa Sinko Coulibaly, ministre de l’Administration de la décentralisation et de l’aménagement du territoire

Le fait de proposer un projet de loi visant à modifier le Décret 95-210 déterminant les conditions de nominations, des attributions et de prérogatives des Préfets et Sous préfets entre autres représentants de l'Etat au niveau des collectivités territoriales, le ministre de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire (MATDAT), le Col Moussa Sinko Coulibaly serait-il en train de mélanger les pédales ?

 

 

 

En tout cas, suite à l'initiative qu'il aurait entreprise pour modifier le décret de nominations, des attributions et des prérogatives des représentants de l'Etat au niveau des collectivités territoriales, on peut ou pourrait à cette question, par un petit : hic-oui. De par cette proposition que vient de faire le Ministre de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire, nous osions soutenir que l'abandon des pratiques anciennes, qui ont longtemps miné l'administration malienne n'est pour l'immédiat.

 

 

Des préfets et sous préfets militaires, à la tête des cercles et arrondissements, quel serait alors l'intérêt pour ses nombreux administrateurs formés pour la gestion administrative des affaires de l'Etat ? En toute réalité, il est grand temps pour de changer de comportement et de faire en sorte que le clientélisme soit banni à jamais au sein de notre administration d'une façon générale.

 

 

Les syndicats qui viennent de monter au créneau pour dénoncer cet état de fait lors d'une conférence de presse, sembleraient décider à aller au bout leur logique. Ils ont ouvertement exprimé leur indignation contre la volonté du Col Moussa Sinko Coulibaly, qui entendrait ouvrir les fonctions de préfets et de sous préfets aux militaires, oubliant que des administrateurs après leur sortie de l'ENA ou d'autres établissements spécialisés sont au chômage dont certains ne savent plus à qui se confier.

 

 

Le Col Moussa Sinko Coulibaly, à la tête du délicat ministère de l'Administration territoriale, de la décentralisation et de l'aménagement du territoire, qui semblait susciter tant d'espoir pour de nombreux administrateurs maliens, dans un passé récent, serait en train de se transformer en briseur d'espoir de carrières professionnelles. On le sait, bien qu'il n'est et qu'il ne sera pas le premier à violer ce décret, qui aura déjà été brimé par le général président déchu ATT et aussi à un degré moins par le régime du président Alpha Oumar Konaré, il y a lieu que les acteurs concernés au premier chef s'inquiètent de ce qui pourrait leur arriver dans les jours voir les semaines les plus proches, si toute fois, ils ne s'y prennent pas à temps.

 

 

Par Kassoum Mariko

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

gestion

AFP

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

AFP

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

AFP

Chute du rand: le nouveau ministre sud-africain des Finances promet "une gestion budgétaire saine"

Chute du rand: le nouveau ministre sud-africain des Finances promet "une gestion budgétaire saine"

ministre

AFP

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

AFP

RD Congo: l'opposant Samy Badibanga nommé Premier ministre

RD Congo: l'opposant Samy Badibanga nommé Premier ministre

AFP

Afrique du Sud: soupçons sur un braconnier chinois et un ministre

Afrique du Sud: soupçons sur un braconnier chinois et un ministre

train

AFP

Train déraillé au Cameroun: plainte contre une filiale de Bolloré

Train déraillé au Cameroun: plainte contre une filiale de Bolloré

Catastrophe ferroviaire d'Eseka

«On a l'impression que Bolloré veut faire du conducteur du train un bouc émissaire»

«On a l'impression que Bolloré veut faire du conducteur du train un bouc émissaire»

Cameroun

Le silence de Bolloré ulcère les Camerounais après la catastrophe ferroviaire d'Eseka

Le silence de Bolloré ulcère les Camerounais après la catastrophe ferroviaire d'Eseka