mis à jour le

Finances

Karim Hajji, le patron de la Bourse de Casablanca, mérite un grand coup de chapeau: il a anticipé et agi de manière à amortir le choc d’une dégradation internationale de son institution. Il mérite d’autant plus que cela dépasse la Bourse. C’est bel et bien le marché financier du Maroc, dans son ensemble, qui est en jeu. Il fallait à tout prix éviter une fuite encore plus grande des investisseurs, étrangers ou locaux.

en lire plus

L'Economiste

Ses derniers articles: Placard  Un Monde Fou  De Bonnes Sources 

finances

AFP

Zimbabwe: le ministre des Finances attend des élections un déclic pour l'économie

Zimbabwe: le ministre des Finances attend des élections un déclic pour l'économie

AFP

Burundi: dix ânes financés par la France courroucent le pouvoir

Burundi: dix ânes financés par la France courroucent le pouvoir

AFP

Niger: nouvelle manifestation contre la loi de finances 2018

Niger: nouvelle manifestation contre la loi de finances 2018