mis à jour le

ON MURMURE : Noyades successives d'élèves à Nagréongo

Kantigui, dans ses pérégrinations, a constaté avec regret que la saison des pluies a mal débuté dans la commune de Nagréongo, où cinq élèves se sont récemment noyées.

La première noyade s'est produite, il y a deux semaines, quand une petite fille de la classe de CE2 et sa grande s½ur du CM2 rentraient de l'école, en traversant un cours d'eau. Ainsi, a-t-on communiqué à Kantigui, la grande s½ur a voulu sauver la petite qui se noyaient, et c'est ainsi que toutes les deux ont été englouties par les eaux. La deuxième noyade s'est produite dimanche dernier, quand une femme allait au champ avec ses cinq enfants. Tous devaient traverser un cours d'eau pour rejoindre le champ en question. Mais la femme après avoir traversé, note Kantigui, attendait les enfants à l'autre rive. Et c'est au cours de la traversée, que l'irréparable s'est produit, puisque les cinq enfants, dont trois élèves, se sont noyées.

.............................................................................................................................................................

CSPS du secteur n°4 de Ouahigouya :SOS tensiomètres !

Il est parvenu à Kantigui que les personnes âgées du secteur n°4 de Ouahigouya souffrant de tension ne savent plus à quel saint se vouer. En effet, depuis trois semaines pratiquement, a-t-on appris, celles-ci n'arrivent plus à se faire contrôler la tension dans le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de leur secteur, par manque de tensiomètre. Les patients ont entendu dire que tous les tensiomètres sont en panne, et promesse leur avait été faite que du nouveau matériel allait être acquis. Mais cela fait près d'un mois que la situation perdure, laissant ainsi les patients perplexes et le personnel soignant dans l'expectative. L'alternative pour le moment est de référer tous ceux qui ont besoin de contrôler leur tension aux autres CSPS de la ville, alors que la plupart sont des personnes âgées qui ont souvent des difficultés à se mouvoir. C'est pourquoi, ceux-ci, par la voix de Kantigui, lancent un cri du c½ur, afin qu'une solution soit trouvée dans les plus brefs délais. Car, à ce qu'ils disent, on ne peut comprendre que tout un CSPS manque de tensiomètre.

.............................................................................................................................................................

Boucle du Mouhoun : l'eau et l'électricité de retour à la direction régionale de la jeunesse

Dans une de ses parutions, Kantigui vous faisait part d'une coupure d'électricité et d'eau de plus de huit mois à la direction régionale de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l'emploi de la Boucle du Mouhoun, suite à des arriérés de factures. Aujourd'hui, c'est avec joie qu'il vous informe du retour de l'électricité et de l'eau, en ces lieux. En effet, et ce depuis fin avril 2013, la lumière est revenue dans les locaux de ce service déconcentré de l'Etat. Mieux, l'Office national de l'eau et de l'assainissement (ONEA), qui avait aussi fermé le robinet, l'a rouvert au bonheur des agents concernés. Tout en espérant que ce « retour » de l'eau et de l'électricité est définitif, Kantigui salue la réactivité des premiers responsables du département ministériel en cause.

.............................................................................................................................................................

Les Médiateurs africains bientôt en conclave à Ouagadougou

En bon fouineur, Kantigui a appris que le « pays des hommes intègres » va accueillir, du 18 au 21 juin2013 à Ouagadougou, la réunion du Comité exécutif de l'association des Ombudsmans et Médiateurs africains (AOMA). Environ vingt (20) médiateurs, ainsi que des représentants de l'Union africaine (UA) sont attendus à cette rencontre. Il s'agit d'un important conclave au cours duquel, les statuts et la contribution de ces institutions à la promotion de la paix sur le continent africain seront débattus par les participants. En marge de cette rencontre, a-t-on signifié à Kantigui, se tiendront des réunions du Conseil d'administration du Centre de recherche de l'Ombudsman dont le siège est à Durban en Afrique du Sud, et des pays africains membres de l'Institut international de l'Ombudsman (IIO).

.............................................................................................................................................................

Région du Centre-Ouest : le nouveau président du Conseil régional installé, ce week-end

Kantigui a appris, de sources dignes de foi, que le nouveau président du conseil régional du Centre-Ouest, Maurice Mocktar Zongo, sera officiellement installé dans ses fonctions, le samedi 15 juin 2013. Les mêmes sources ont rapporté à Kantigui, que pour la circonstance, le comité d'organisation s'attelle à Koudougou, à ce que la fête soit des plus belles. Et la cérémonie d'installation, a-t-on indiqué, sera parrainée par les ministres de la Justice, Dramane Yaméogo et de l'Action sociale et de la solidarité nationale, Alain Zoubga. Le coparrainage sera assuré par le président de l'Association des ressortissants de la région du Centre-Ouest (ARCO), Boukary Jean Baptiste Béréhoudougou. Lust but not least, note Kantigui, le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, fils de la région, fera himself le déplacement de Koudougou pour assister à l'installation de Maurice Mocktar Zongo, pour un mandat de cinq ans.

.............................................................................................................................................................

Le corps sans vie d'un enseignant découvert à Ziniaré

Kantigui a appris avec stupéfaction, la mort d'un enseignant de la Circonscription d'éducation de base (CEB) n°3 de Ziniaré, du nom de Bazomo Badolo. De sources bien informées, c'est par une odeur inhabituelle que le voisinage de l'enseignant a fait la découverte de son cadavre, au matin du lundi 10 juin 2013. Selon les informations détenues par Kantigui, l'enseignant a quitté son service le vendredi 7 juin dans la matinée. Après son départ, sa convocation pour la surveillance du BEPC est parvenue à son service. C'est ainsi que ses collègues ont tenté en vain de le joindre, avant de raviser à remettre la convocation à l'un des leurs, pour qui de droit. Celui à qui le document a été remis pour transmission n'a pas non plus réussi à joindre Bazomo Badolo sur ses numéros de téléphone, et s'est résolu à revenir à la charge après. Tous ceux qui ont tenté d'appeler la victime toute la journée du vendredi n'ont pas pu le faire, car il était injoignable. Toute chose qui a duré jusqu'au lundi matin, sans que personne n'ait la présence d'esprit de se rendre à son domicile pour prendre de ses nouvelles. Jusqu'à ce que les voisins de l'enseignant disparu, retient Kantigui, sentent une forte odeur à son domicile, le lundi matin. Et ce fut la consternation, car c'est le corps sans vie de Badolo Bazomo, en état de putréfaction, qui a été aperçu sur sa terrasse, à proximité de sa motocyclette. Ainsi, la gendarmerie, les supérieurs et les collègues de l'infortuné, et les autorités judiciaires et sanitaires ont été informés de la triste nouvelle. Après le constat d'usage des forces de l'ordre, les parents du défunt ont été contactés pour avoir leur accord sur le lieu de l'enterrement. Et il a fallu recourir au service d'hygiène de Ouagadougou pour procéder à l'enlèvement du corps et à l'inhumation au cimetière municipal de Ziniaré. Kantigui aurait appris que le regretté souffrait de diabète et de tension et suivait un traitement. Le hic est qu'il vivait seul et restait souvent enfermé chez lui, quand il était en crise.

.............................................................................................................................................................

Des responsables d'un institut dépouillent leurs étudiants !

Il est revenu à Kantigui que les lauréats du concours des 24 heures de l'innovation technique d'un Institut supérieur ne sont pas du tout contents. De source bien introduite, Kantigui a appris que le directeur des études de l'Institut a demandé aux heureux gagnants de déposer tous les avoirs en récompense à leurs efforts, auprès des responsables du secrétariat de direction de l'institut et du bureau des étudiants. Il s'agirait du premier prix de technologies, d'un trophée et de la modique somme de 20 000 F CFA et d'un prix spécial de l'originalité, 50 000 FCFA. Kantigui retient que les étudiants ont remis le trophée et 25 000 F CFA, représentant un bon d'achat de fournitures au service administratif de l'institut, qui dit avoir débloqué la somme de 10 000 francs CFA pour que lesdits étudiants prennent part à la compétition. Et le directeur des études de leur donner la date butoir du lundi 10 juin pour déposer la somme, sinon... Or, selon les sources de Kantigui, des étudiants ont déjà partagé une partie de leurs avoirs. Ils seraient, selon les mêmes sources dignes de foi, meurtris par la peur, en train de faire des mains et pieds pour rassembler la totalité des fonds, afin de satisfaire le directeur. Kantigui avoue ne pas comprendre l'attitude dudit responsable. Avait-il vraiment besoin de récupérer ladite somme ? A quelle fin ? Kantigui a été surpris de savoir que les responsables de l'Institut voulaient utiliser les fonds pour organiser une collation pour célébrer leur victoire et parler de leur projet.

.............................................................................................................................................................

Perpective de baisse de la production agricole mondiale

Kantigui, en parcourant un rapport de l'OCDE et de la FAO s'inquiète d'un ralentissement de la croissance de la production agricole mondiale. Selon ledit rapport, publié le 6 juin 2013, la production agricole mondiale devrait s'accroître de 1,5 % par an en moyenne, pendant la décennie à venir, contre 2,1 % de 2003 à 2012. Cette tendance, a pu lire Kantigui, serait liée à l'aggravation des contraintes de ressources et des pressions exercées sur l'environnement, au manque de superficies agricoles supplémentaires et à la hausse des coûts de production. Néanmoins, le rapport indique que l'approvisionnement en matières premières agricoles devrait suivre le rythme de la demande mondiale. Les perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2013-2022 prévoient que les prix des produits végétaux et des produits animaux resteront supérieurs aux moyennes antérieures historiques à moyen terme, sous l'effet combiné du ralentissement de la croissance de la production et de la hausse de la demande, biocarburants y compris. Le rapport, feuilleté par Kantigui, révèle en outre, que le secteur agricole obéit désormais, davantage au marché, alors qu'il était auparavant soumis aux politiques gouvernementales des pays industrialisés conduisant les prix à des niveaux très faibles. Cette nouvelle configuration offre aux pays en développement des possibilités d'investissement et des avantages économiques importants, compte tenu de la hausse de leur demande de produits alimentaires, du potentiel de croissance de leur production et de leurs avantages comparatifs sur de nombreux marchés mondiaux.

Kantigui

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes