mis à jour le

Flagrant délit de mensonge

La maladie de Bouteflika est devenue un vrai casse-tête pour les officiels du pays qui semblent ne plus savoir où donner de la tête ni comment en parler. Chaque jour étant un jour de trop sans aucune image du président de la République, on sert à l'opinion publique des bulletins qui changent au gré des calculs comme change un bulletin météo au gré du temps. Le 27 avril dernier, il y a donc de cela 47 jours, un bulletin de santé affirmait que Bouteflika avait été admis à l'hôpital français du Val-de-Grâce suite à «un accident ischémique mineur», ce qui dans le jargon médical veut dire un mini-AVC ou accident vasculaire cérébral sans trop d'impact sur le patient. Mais au fil des jours et des semaines, l'absence d'images du Président a nourri bien des doutes sur son état réel. Un AIT ne nécessite pas une aussi longue hospitalisation, disent les spécialistes. Des communiqués laconiques de la Présidence ont suivi pour assurer que tout allait bien au Val-de-Grâce ; il en sort d'ailleurs non pas pour rejoindre son pays, mais pour une convalescence dans un autre centre hospitalier, toujours appartenant au corps militaire français, appelé les Invalides. L'intrigue est à son comble. Et toujours pas d'images du Président. Mardi, alors que les plus folles rumeurs ont circulé sur son état de santé, son «incapacité à gouverner» et sa succession qui commence à s'organiser, le Premier ministre Abdelmalek Sellal accompagné du chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah se rendent aux Invalides pour voir le malade national. Et, surprise de la rencontre, un nouveau bulletin de santé est rendu public et dans lequel il n'existe aucune trace de l'accident ischémique. Le nouveau bulletin de santé parle d'AVC, et aucunement mineur cette fois, comme le supputait déjà la rumeur depuis l'admission du chef de l'Etat au Val-de-Grâce. Autre médecin, autre bulletin ; n'est-ce pas là donner la preuve qu'il y a eu mensonge et que le peuple est loin de savoir réellement de quoi souffre le Président ? Un adage populaire dit «elle voulait se farder, elle s'est mise le doigt dans l'½il», cela semble être le cas pour cette opération de com qui, au-delà des images montrées hier, et à distance, dévoile qu'il y a eu mensonge dont l'opinion toute entière a été témoin. Comment faire confiance à ces bulletins changeants et à ces médecins qui signent ce que des politiques veulent bien leur faire signer ? Une chose est sûre en tout cas, si c'est un peu de vérité qu'on nous a servie hier, les Algériens sont en droit de savoir toute la vérité.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

délit

La rédaction

Transfert illégal de devises : Un député pris en flagrant délit

Transfert illégal de devises : Un député pris en flagrant délit

Actualités

Cour suprême guinéenne : Délit de lâcheté judiciaire

Cour suprême guinéenne : Délit de lâcheté judiciaire

group promo consulting

Prise en flagrant délit de vol- Marie Touré s’évade de la police en abandonnant sur place son bébé

Prise en flagrant délit de vol- Marie Touré s’évade de la police en abandonnant sur place son bébé

mensonge

Séduction

Petites astuces pour draguer à Alger

Petites astuces pour draguer à Alger

[email protected] (Author Name)

Tunisie-Politique: Le double mensonge de Ghannouchi et des Nahdhaouis

Tunisie-Politique: Le double mensonge de Ghannouchi et des Nahdhaouis

group promo consulting

DECRETS D’AVANCE - La Loi de finance votée est différente de celle présentée aux bailleurs : L'Etat pris en flagrant délit de mensonge

DECRETS D’AVANCE - La Loi de finance votée est différente de celle présentée aux bailleurs : L'Etat pris en flagrant délit de mensonge