mis à jour le

Majorité gouvernementale : Istiqlal/PJD, pas de répit !

La bataille des déclarations entre la Balance et la Lampe se poursuit sans relâche. A l’heure où aucune issue n’apparaît à l’horizon, on se tire dessus à boulets rouges des deux côtés. A l’heure également où aucune suite royale n’a été donnée concrètement à la requête istiqlalienne, on s’accuse mutuellement sur un ton des plus acerbes. A l’heure enfin où l'on ne sait pas exactement ce qui se trame dans les coulisses du Makhzen, les deux partis, pourtant membres de la coalition gouvernementale, se livrent à une bataille de ”gladiateurs”.

Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, continue son offensive virulente à l’encontre de Benkirane. Devant une foule d’Istiqlaliens S’raghnas, Hamid Chabat a de nouveau tout dit, ou presque. Le patron de l’Istiqlal continue d’accuser le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, de vouloir “vendre le Maroc aux hommes d’affaires turcs” et  met en garde le PJDiste contre l’augmentation des prix des bonbonnes de gaz, tout en l’accusant d’être derrière la fermeture de plusieurs usines, et des hausses des prix et des factures d’eau et d’électricité. Et ce n’est pas fini ! Hamid Chabat souligne que les responsables du parti de la Lampe attribuent leur échec dans la gestion des affaires du pays aux “crocodiles et démons”, affirmant qu’ils sont ”eux les véritables crocodiles et démons à même d’être les ennemis de la nation”. Il indique par ailleurs que le gouvernement actuel n’a réalisé aucun changement probant en faveur des citoyens marocains, de même que ses promesses sur l’amélioration du taux de croissance et la réduction du déficit ont volé en éclats. Chabat fait savoir en outre qu’un proche du ministre délégué chargé du Budget et responsable judiciaire à Fès a été derrière le “complot” de l’arrestation de son fils, Naoufal, dans l’affaire de trafic de drogue. Il a par ailleurs accusé Benkirane de manquer de courage pour l’affronter lors d’un débat public télévisé, pour informer les Marocains sur qui sont les vrais “crocodiles et démons” dont il ne cesse de parler. De l’autre côté, on ne reste pas les bras croisés. Abdelaziz Aftati, le député oujdi et l'un des dirigeants du PJD, déclare que “la politique est pratiquée actuellement au Maroc à la manière des ''Cowboys'', sans savoir ni éthique”. Abdelaziz Aftati affirme que Hamid Chabat se trouve dans l’embarras, relevant qu’un mois après la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, le parti de la Balance demeure toujours en attente de l’arbitrage royal pour désamorcer cette crise :

”L’étau se resserre aujourd’hui de plus en plus autour de Chabat et la partie qui a conseillé au SG de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, doit lui trouver une issue”.

M’Hamed Khalifa, l’un des caciques de l’Istiqlal, indique que la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement n’est qu’une épreuve pour tester “le degré de retenue” de Benkirane, soulignant l’existence d’un plan pour “mettre KO” le chef de l’Exécutif, et ajoutant que l’actuel SG du parti, Hamid Chabat, tente d’empêcher le PJD de remporter les prochaines élections communales.

Le SG du PJD Abdelilah Benkirane, reste catégorique : “Je ne vais pas démissionner du gouvernement”. Il souligne avec force que des parties essaient de faire dérailler cette expérience gouvernementale et de perturber le processus des réformes initiées depuis sa nomination à la tête du gouvernement. Il a également nié l’existence de tractations pour la formation d’une nouvelle majorité, faisant savoir qu’il est inconvenant de parler d’une quelconque alliance avec le RNI et l’UC car “à l’heure actuelle, l’Istiqlal reste notre allié politique et gouvernemental, qui nous a soutenu quand nous encaissions les coups” !

H.Z

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”