mis à jour le

Manifestation des Femen devant l'ambassade tunisienne à Madrid, le 12 juin 2013 / REUTERS
Manifestation des Femen devant l'ambassade tunisienne à Madrid, le 12 juin 2013 / REUTERS

Verdict sévère pour les Femen européennes détenues à Tunis

Quatre mois de prison ferme contre les membres du groupe féministe détenues en Tunisie. Un jugement plus dur que prévu.

Le verdict a surpris par sa sévérité. Les trois Femen européennes jugées en Tunisie pour avoir manifesté seins nus, en soutien à Amina, le 29 mai 2013, ont été condamnées à quatre mois et un jour de prison ferme.

Le procès a eu lieu le 12 juin et a été mené par le juge Karim Chebbi, qui a statué sur l’inculpation «d’outrage à la pudeur», rapporte le site Nawaat. Une sentence intransigeante contestée par beaucoup, rappelle Nawaat.

Interrogée par l’AFP, Inna Schevchenko, une des leaders du mouvement Femen à Paris s’est dite très déçue de cette sentence, qu’elle considère comme un recul pour les droits des femmes en Tunisie. Elle a promis que les Femen tenteront d’autres actions de protestation.

Les 11 et 12 juin 2013, des militantes ont défilé seins nus au seuil du Parlement européen de Bruxelles et devant les ambassades tunisiennes de Stockholm et Madrid, précise Nawaat. Elles brandissaient des pancartes aux noms des trois activistes condamnées, Pauline, Marguerite et Joséphine.

Les avocats de la défense,  Leila Ben Debba et Souheil Bahri ont décidé de faire appel. Selon Nawaat, ils dénoncent une décision politique et une justice à deux vitesses. Souheil Bahri, qui défend également Amina Sboui, déplore le fait que l’islam intervienne sans cesse dans les affaires juridiques, au détriment de la liberté d’expression, explique le site.

Dans un communiqué diffusé par le Quai d’Orsay, le gouvernement français affirme son soutien aux deux ressortissantes de l’Hexagone et regrette la «sévérité de cette peine».

Du côté de la société civile tunisienne, en revanche, le verdict ne suscite pas l’indignation, indique Nawaat. L’action des Femen y est très contestée et 14 associations islamiques avaient demandé à se constituer partie civile pour le procès, relève l’article.

Lu sur Nawaat

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Femen

Burundi

Burundi: la révolte des seins nus

Burundi: la révolte des seins nus

Actualités

Amina Femen s'envole pour Paris

Amina Femen s'envole pour Paris

Leila Assam - Lemag

Amina Sboui quitte les Femen qu'elle accuse d'islamophobie

Amina Sboui quitte les Femen qu'elle accuse d'islamophobie

procès

AFP

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

AFP

RDC: suspension du procès en appel de l'opposant Katumbi

RDC: suspension du procès en appel de l'opposant Katumbi

AFP

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Amina

[email protected] (Author Name)

Tunisie-Société : Amina Sbouï essaie de refaire sa vie

Tunisie-Société : Amina Sbouï essaie de refaire sa vie

Actualités

Amina Sbouï quitte les FEMEN

Amina Sbouï quitte les FEMEN

AFP

Tunisie: Amina quitte Femen, accuse le groupe d'islamophobie

Tunisie: Amina quitte Femen, accuse le groupe d'islamophobie