mis à jour le

Aux chevets d'un grand malade

C'est connu de tous. L'enseignement supérieur public burkinabè va mal, très mal même. Et les problèmes, dans une certaine mesure, sont aussi connus. Entre autres, l'on peut citer le manque d'infrastructures, l'insuffisance d'enseignants, l'insuffisance de prestations sociales ... Ce qui induit la misère des étudiants, certains se trouvant dans des situations dans lesquelles avoir un repas par jour pour se sustenter est un miracle. La conséquence de cette situation est la multiplication des grèves et (...) - Politique