mis à jour le

Négociations de Ouagadougou : ESPOIR D’UN ACCORD DANS LES PROCHAINS JOURS

Depuis le début de la semaine les pourparlers ont été engagés entre notre pays et les groupes rebelles (Mouvement national pour la libération de l'Azawad et Haut conseil de l'Azawad) dans la capitale burkinabè sous l'égide du médiateur de la CEDEAO Blaise Compaoré et de la Communauté internationale. Hier, une forte délégation venue de Ouagadougou a eu des discussions avec nos plus hautes autorités à savoir le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, le Premier ministre, Diango Cissoko et le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiéman Hubert Coulibaly. La délégation de la médiation internationale était conduite par le représentant spécial de l'Union africaine au Mali, Pierre Buyoya et comprenait le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibril Bassolé, le représentant des Nations-unies auprès de la MINUSMA, Berth Koenders, le représentant de l'Union européenne pour le Sahel, Michel Reyverand-de Menthon et le représentant de la CEDEAO au Mali, Cheaka Abdou Touré.

Après plus de 7 heures des discussions à huis clos au palais présidentiel,  le chef de la délégation de la médiation internationale a déclaré à la presse que son équipe était venue consulter le président de la République par intérim et le gouvernement du Mali sur les négociations en cours à Ouagadougou et par la même occasion leur faire le point complet des discussions qui ont été entamées dans le but de trouver un accord qui satisfait toutes les parties. «A l'issue de cette consultation avec les autorités maliennes, nous avons eu des échanges très fructueux. Le président de la République par intérim nous a expliqué en détails les points de vue du gouvernement et sur la base de cela, nous allons continuer les négociations à Ouagadougou. Nous avons bon espoir que dans les prochains jours, nous arriverons à un accord», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Pierre Buyoya a expliqué que la rencontre d'hier ne visait pas à prendre «une décision», mais était plutôt une «réunion de consultation» entre les autorités maliennes et tous ceux qui jouent le rôle de facilitation pour parvenir à un accord dans la capitale burkinabè. Il a tenu à préciser qu'il n'y avait pas de «points de désaccord» pour la simple raison qu'il ne s'agissait de « négociation» avec les autorités maliennes, mais plutôt de «consultation » dans le cadre de la médiation. «Maintenant, nous allons continuer les discussions à Ouagadougou à partir de demain (Ndlr, aujourd'hui). Les éléments que nous apportons, je suis sûr que ça nous permettra d'avancer et d'arriver rapidement à un accord », a assuré Pierre Buyoya.

Selon certaines indiscrétions, les points de désaccord entre notre pays et les groupes rebelles à Kidal concernent le désarmement, le cantonnement et la lavée de poursuites judiciaires contre des éléments du MNLA, ces revendications étant mentionnées dans le projet d'accord. Le chef de la délégation de la médiation internationale n'a pas voulu faire de commentaire sur cette question. Il a tout juste dit que « nous sommes des facilitateurs. Nous avons écouté le président et le gouvernement maliens. Nous connaissons aussi les positions de l'autre partie. Et sur la base de ça nous allons avancer». Pierre Buyoya espère que les éléments que sa délégation a obtenus auprès de nos autorités donnent l'espoir d'arriver à un accord dans les prochains jours.

M. KEITA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

négociations

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

AFP

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques

Ouagadougou

AFP

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

AFP

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne

AFP

Ouagadougou vit

Ouagadougou vit

espoir

AFP

Cinquantenaire de la guerre du Biafra entre frustration et espoir

Cinquantenaire de la guerre du Biafra entre frustration et espoir

AFP

Tunisie: coup de filet anticorruption et espoir d'opération "Mains propres"

Tunisie: coup de filet anticorruption et espoir d'opération "Mains propres"

AFP

Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario

Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario