mis à jour le

Côte d'Ivoire : le porte parole de Gbagbo craint la torture s'il est extradé

ACCRA (AFP) - (AFP)

L'ancien ministre ivoirien du Budget Justin Koné Katinan, acteur-clé de l'ère Gbagbo, a déclaré mercredi qu'il craignait d'être torturé s'il était extradé du Ghana vers la Côte d'Ivoire.

Arrêté au Ghana en août, M. Koné Katinan est recherché par la Côte d'Ivoire pour crimes économiques durant la sanglante crise post-électorale (environ 3.000 morts) ayant suivi le refus de l'ex-président Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, après sa défaite à la présidentielle de novembre 2010.

Sous le coup de 20 chefs d'accusation de complot et de vol, il s'exprimait mercredi au cours d'une nouvelle audience d'un tribunal ghanéen consacrée à la demande d'extradition présentée par la Côte d'Ivoire.

"Ils vont me torturer et je vais finir handicapé" de retour en Côte d'Ivoire, a déclaré M. Koné Katinan à la presse devant le tribunal d'Accra.

M. Koné Katinan dit avoir failli être renvoyé immédiatement en Côte d'Ivoire au moment de son arrestation, en août, puis avoir été sauvé de justesse par son avocat qui a contesté son extradition devant la justice.

Il dit avoir fui vers le Ghana peu après la chute de Laurent Gbagbo parce qu'il avait entendu dire qu'il risquait d'être tué, avec l'ancien ministre de l'Intérieur Désiré Tagro, par les forces loyales au président Alassane Ouattara.

M. Tagro est décédé dans des circonstances non encore élucidées au moment de l'arrestation de M. Gbagbo.

"Si je voulais sauver ma peau il fallait que je prenne la fuite", a déclaré M. Katinan mercredi.

Selon les organisations de défense des droits de l'Homme, le régime de Ouattara a poursuivi des centaines de partisans de Gbagbo mais très peu de ses propres partisans pour les crimes commis pendant la crise post-électorale.

Pour éviter d'être extradé, Justin Koné Katinan affirme que les accusations portées contre lui par son pays ont des motivations politiques et qu'elles sont orchestrées par l'actuel président Ouattara.

Laurent Gbagbo, qui a été arrêté en avril 2011 à Abidjan, est détenu depuis fin 2011 à La Haye où il doit être jugé par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

parole

AFP

Tunisie: la parole de nouveau aux victimes de la dictature

Tunisie: la parole de nouveau aux victimes de la dictature

AFP

A Cannes, un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré

A Cannes, un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré

AFP

CPI: la parole est

CPI: la parole est

Gbagbo

AFP

Côte d'Ivoire: le procès de Simone Gbagbo se poursuivra "sans elle"

Côte d'Ivoire: le procès de Simone Gbagbo se poursuivra "sans elle"

AFP

Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo absente à son procès

Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo absente à son procès

AFP

Côte d'Ivoire: reprise lundi du procès de Simone Gbagbo

Côte d'Ivoire: reprise lundi du procès de Simone Gbagbo

torture

AFP

La torture davantage acceptée en France depuis les attentats

La torture davantage acceptée en France depuis les attentats

AFP

La Tunisie "sur la bonne voie" dans la lutte contre la torture selon l'ONU

La Tunisie "sur la bonne voie" dans la lutte contre la torture selon l'ONU

AFP

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons tchadiennes

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons tchadiennes