mis à jour le

Traité sur le Commerce des Armes : le Burkina Faso parmi les premiers signataires.

Le Burkina Faso a procédé le 3 juin 2013, à la signature du Traité sur le Commerce des Armes. C'était au cours d'une cérémonie officielle organisée à cet effet au siège l'Organisation des Nations Unies. Cet acte de haute portée politique et juridique réaffirme l'engagement de notre pays en faveur de la non-prolifération des armes légères.

Après avoir signé le Traité au nom du Burkina Faso, Son excellence Der KOGDA, Représentant Permanent du Burkina Faso auprès des Nations Unies, dans sa déclaration, a indiqué que l'entrée en vigueur du Traité sur le Commerce des Armes contribuera à renforcer les instruments déjà existants au niveau sous-régional, notamment la Convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre, leurs munitions et les autres matériels connexes, adopté le 14 juin 2006.

Il a également souligné que ce Traité permettra, à travers la coopération et l'assistance internationales de renforcer les capacités des structures nationales déjà existantes comme la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre et la Haute Autorité de contrôle des importations d'armes et de leur utilisation au Burkina Faso.

En plus du Burkina Faso, soixante six (66) autres Etats ont procédé à la signature du Traité au cours de ladite cérémonie qui a enregistré la présence de plusieurs hautes personnalités dont le Secrétaire général des Nations Unies, le premier Vice-président du Costa Rita et une dizaine de Ministres.

De l'avis des experts, avec ce nombre élevé de soixante-sept (67) Etats signataires dès le premier jour de l'ouverture à la signature, le Traité sur le Commerce des Armes vient de battre un record jamais atteint pour un traité. Ce qui constitue un bon signe pour l'entrée en vigueur rapide du Traité. Pour ce faire, la mobilisation doit être de mise, car la signature bien qu'importante, ne constitue qu'une étape, l'acte final liant les Etats étant la ratification.

Les inquiétudes suscitées par l'absence des plus grands exportateurs d'armes sur la liste des Etats signataires du jour ont été levées dans les déclarations qu'ils ont fait réaffirmant leur adhésion au Traité. Ainsi plusieurs Etats ont indiqué avoir déjà entamé la procédure de ratification, d'autres se sont même engagé à l'appliquer à titre provisoire. Certains Etats ont déjà annoncé leur candidature pour abriter le Secrétariat Technique chargé de la mise en ½uvre du Traité.

Un fonds de facilitation de la coopération pour la régulation des armes été établi sur initiative de l'Allemagne et de l'Australie.

En rappel, le Traité sur le Commerce des Armes a été adopté le 2 avril 2013 par l'Assemblée générale des Nations Unies et rentrera en vigueur quatre-vingt-dix jours après le dépôt cinquantième (50ème) instrument de ratification.

Il est le fruit d'un long processus de négociation entamé depuis 2006. C'est le tout premier instrument international juridiquement contraignant, qui fixe des normes internationales visant à réguler les transferts d'armes classiques notamment les chars, les véhicules blindés, les avions et les hélicoptères de combat, les systèmes d'artillerie de gros calibre, les navires de guerre, les missiles et lanceurs de missiles ainsi que les armes légères et de petit calibre.

Son entrée en vigueur contribuera à combattre le commerce illicite et le trafic des armes classiques en général et en particulier juguler la prolifération de celles légères et de petit calibre qui très souvent sont des sources de conflits, d'insécurité, d'instabilité, de drame humanitaire.

Mission Permanente du Burkina Faso auprès des Nations Unies.

commerce

AFP

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se convertit au commerce équitable

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se convertit au commerce équitable

AFP

L'Afrique appelle

L'Afrique appelle

AFP

Le Nigeria, nouvelle plaque tournante du commerce de peau d'âne

Le Nigeria, nouvelle plaque tournante du commerce de peau d'âne

armes

AFP

Centrafrique: une amnistie des groupes armés "impensable", selon des ONG

Centrafrique: une amnistie des groupes armés "impensable", selon des ONG

AFP

RDC: Mangina, prise entre Ebola et les groupes armés

RDC: Mangina, prise entre Ebola et les groupes armés

AFP

Soudan du Sud: l'ONU appelée

Soudan du Sud: l'ONU appelée

Burkina

AFP

Sahel: La force Barkhane les yeux rivés sur le Burkina

Sahel: La force Barkhane les yeux rivés sur le Burkina

AFP

Nouvelle attaque sanglante contre l'armée au Burkina

Nouvelle attaque sanglante contre l'armée au Burkina

AFP

Le Burkina cède des pans entiers de son territoire aux jihadistes

Le Burkina cède des pans entiers de son territoire aux jihadistes