mis à jour le

Enfin des mesures contre le dumping!

Le gouvernement se résoudrait-il enfin à réagir et à mettre en place des mesures destinées à contrer une pratique aussi détestable que dolosive pour notre tissu productif, celle de la sous-facturation? C'est ce que l'on est en droit d'espérer alors que le déficit du compte extérieur devient de plus en plus préoccupant et que nos industriels se plaignent du dol et des préjudices subis du fait de ces comportements délibérés d'importateurs malhonnêtes. Ceux-ci, sciemment, inondent le marché de produits et de marchandises en provenance de l'extérieur pour être vendus en deçà de leur coût réel, mais également participent à l'aggravation du déséquilibre de notre balance commerciale en servant de chevaux-légers à des opérateurs qui, bénéficiant de subventions étatiques dissimulées, pratiquent un dumping aussi illégal que destructeur.

C'est la réunion hier du Ministre de l'Economie et des Finances, M. Nizar Baraka, entouré de ses principaux collaborateurs dont notamment M. Zouhair Chorfi, directeur des Douanes et Impôts indirects, avec Mme Miriem Bensalah Chaqroun, Présidente de la CGEM, qui donne à croire que la lutte contre la sous facturation redevient une priorité des pouvoirs publics. Cela est également attesté par la présence, aux côtés de «la patronne des patrons» des représentants de deux secteurs d'activités fortement atteints par cette pratique frauduleuse, les opérateurs du textile et ceux de la confiserie. On sait que les textiliens dénoncent depuis des lustres les importations de marchandises en provenance essentiellement de Chine, tandis que les confiseurs se plaignent du dumping pratiqué par les Turcs. En réactivant le comité technique de la sous facturation, composé des représentants de départements concernés et de la CGEM, en domiciliant le secrétariat du  comité de lutte contre la sous facturation auprès de la Douane, en décidant de réunions périodiques d'évaluation, M. Baraka a sans aucun doute voulu donner un signal fort de soutien à ces opérateurs, à la CGEM, au lendemain d'un camouflet historique infligé au chef du gouvernement par la confédération patronale…

On pourra même faire remarquer que cette réunion intervient moins d'une semaine après la visite (fortement écourtée et ratée) du Premier ministre turc, M. Erdogan au Maroc, alors que les exportateurs de ce pays, dans le textile comme la confiserie, taillent depuis longtemps des croupières à nos industriels sur leurs propres marchés !

Les pouvoirs publics entreprennent donc de soutenir la production nationale en des secteurs sensibles et pourvoyeurs d'emplois. On appréciera la démarche au moment où que nos grands voisins de l'Union européenne mettent en place des mesures de lutte contre le dumping chinois  dans le solaire, par exemple. Face aux difficultés actuelles que vit l'économie marocaine, une « légère couche » de protectionnisme ne sera que bienvenue…

 

Fahd YATA

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé