mis à jour le

La France seule n’aurait pas pu livrer bataille au Mali

On a souvent tendance à l'oublier, mais l'opération militaire au Mali lancée le 11 janvier n'est pas uniquement le fait de la France. Outres les forces africaines qui ont largement participé à l'opération Serval (baptisée Misma par la Cédéao), les grandes puissances occidentales alliées ont chacune fourni leur aide à la France.

Car si François Hollande et Laurent Fabius se félicitent régulièrement des succès militaires rencontrés lors de l'opération  militaire, les dessous de celle-ci sont quelque peu surprenants. Pensiez-vous par exemple que la France aurait eu besoin de louer du matériel militaire à des sociétés privées russes et ukrainiennes ? Ce fut pourtant le cas !

Dans un excellent article paru le 7 juin dernier, nos confrères du Nouvel Obs dévoilent en quelques sortes les coulisses de l'opération militaire au Mali. On y découvre avec délectation un président français étonnamment plus offensif que son état-major, qui pousse les responsables militaires à s'engager vite sur le terrain sahélien.

Ce que l'on retient surtout, c'est l'importance de l'engagement des alliés de la France dans la «reconquête» du Nord-Mali. Car sans leur aide, l'ex puissance coloniale aurait pu faire un flop complet et s'enliser dans le désert malien.

Par exemple,  les journalistes expliquent que «(La France) manque cruellement d’avions de transport et de moyens de renseignement. Le drone Harfang n’est pas encore opérationnel. Pour suivre les déplacements en temps réel des 2 000 djihadistes, les militaires n’ont que des ULM et de vieux appareils Atlantic (avions à hélices destinés à la base à la surveillance en haute mer ndlr). Les Britanniques viennent immédiatement à leur rescousse. Dès le lendemain des premières frappes, ils mettent un avion de renseignement dans le ciel malien».

On est ici loin de l'image diffusée par les médias français au lendemain du lancement de l'opération : la France seule aurait en réalité eu bien du mal à remplir ses principales missions de renseignement et de transport. A tel point que l'armée française aurait été obligée de louer des avions-cargos à des sociétés privées russes et ukrainiennes !

Britanniques, américains, belges et allemands : tous ont finalement participé d'une manière ou d'une autre à la victoire rapide sur al Qaïda au Maghreb islamique. «Les alliés nous ont fait gagner trois semaines dans le déploiement des forces et deux semaines dans les frappes» conclue ainsi un responsable du ministère de la défense. De quoi faire réfléchir.

Ambroise Védrines

France

AFP

Minurso: la France plaide pour un an de plus, les Etats-Unis pour six mois

Minurso: la France plaide pour un an de plus, les Etats-Unis pour six mois

AFP

Air Sénégal entame ses liaisons en Afrique, avant la France en 2019

Air Sénégal entame ses liaisons en Afrique, avant la France en 2019

AFP

Guinée: "responsabilité" de la France dans le retard du pays (président Condé)

Guinée: "responsabilité" de la France dans le retard du pays (président Condé)

bataille

AFP

Côte d'Ivoire: "Abobo-la-guerre", théâtre de la grande bataille électorale des municipales

Côte d'Ivoire: "Abobo-la-guerre", théâtre de la grande bataille électorale des municipales

AFP

Dans l'ex-Swaziland rebaptisé eSwatini, la bataille du nom n'est pas encore gagnée

Dans l'ex-Swaziland rebaptisé eSwatini, la bataille du nom n'est pas encore gagnée

AFP

Pop star contre président: une bataille de générations en Ouganda

Pop star contre président: une bataille de générations en Ouganda

Mali

AFP

Le fils de l'otage au Mali Sophie Pétronin espère aller la voir bientôt

Le fils de l'otage au Mali Sophie Pétronin espère aller la voir bientôt

AFP

Otage française au Mali : l'exécutif répond aux critiques de la famille

Otage française au Mali : l'exécutif répond aux critiques de la famille

AFP

Ibrahim Boubacar Keïta officiellement élu pour un second mandat

Ibrahim Boubacar Keïta officiellement élu pour un second mandat