mis à jour le

Stratégie Maroc Numeric 2013, bientôt à son terme !

Maroc Numeric 2013 est un plan stratégique que chapeaute le Ministre du Commerce, de l'Industrie et des Nouvelles Technologies Abdelkader Amara. Lancée en octobre 2009 sous la présidence du Roi Mohammed VI, cette stratégie a été dotée d'un budget de 5.2 milliards de dirhams. Elle ambitionne d'ériger notre Royaume Chérifien en un hub technologique qui soit générateur de richesse, avec des entreprises et des individus bien ancrés dans une mondialisation qui avance à pas effrénés.

Le plan Maroc Numeric 2013 s'articule autour de quatre axes : favoriser l'accès à l'internet et à la connaissance, développer le programme e-gouvernement, améliorer l'informatisation destinée aux petites et moyennes entreprises afin d'accroître leur productivité, et soutenir les acteurs TI locaux ou exerçant en offshore.

A quelques mois de la fin du plan Maroc Numeric 2013, la Chambre du Commerce Britannique a organisé une table ronde, le jeudi 6 juin 2013, sous le thème ''Stratégie Maroc Numeric 2013: bilan et perspectives''.

L'année 2011 et ce début 2012 ont été riches en manifestations politique pour le Maroc. En effet, notre Royaume s'est doté d'une nouvelle Constitution et d'un nouveau gouvernement.

« L'analphabète de demain sera celui qui ne maitrise pas les outils informatiques», a déclaré Badr Boubker, Directeur de l'Economie Numérique au Ministère de l'Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologie. C'est dans cette optique que la stratégie «Maroc Numeric 2013» avait pour objectifs de créer à l'horizon 2013 plus de 26 000 emplois,  de permettre la réalisation d'un PIB additionnel direct de 7 milliards de dirhams, auxquels devaient s'ajouter 20 milliards de manière indirecte, et d'équiper un foyer sur trois de l'accès à internet, au lieu d'un foyer sur dix.

Le taux d'équipement des entreprises en matériel informatique ou en connexion à connu une forte évolution, passant de 56% en 2010 à 83% en 2012. Donc, à ce niveau, le Ministère de l'Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologie a dépassé ses objectifs.

Par ailleurs, le département a annoncé que la stratégie numérique a permis d'effectuer un grand bond dans l'E-Gov. Aujourd'hui, il existe 22 sites Internet permettant aux Marocains de s'informer ou d'effectuer leurs démarches en ligne.  C'est une réelle avancée qui place le pays à la 56e place au classement e-gouvernement établi par les Nations unies.

«Un cabinet extérieur va se charger d'évaluer la stratégie Maroc Numeric 2013.  D'ici la rentrée, nous aurons les chiffres du PIB», nous déclare le Directeur de l'Economie Numérique au Ministère de l'Industrie du Commerce et des Nouvelles Technologie.

Pour le Président de l'APEBI Mohamed Lakhlifi, «un plan ne peut pas atteindre 100% de ses objectifs. Nous avons pu créer 5000 emplois dans le secteur IT. Ce qui n'a pas marché, au niveau du plan Emergence, est que les personnes qui sont dotées d'une formation Bac+2, et les étudiants d'OFPPT, ne sont pas compétents. Il faut bien les former».

Pour rappel, le plan Emergence, lancé par le Roi en 2005 sous la forme du «  Pacte national pour l'émergence industrielle », fixe des objectifs précis en terme de contribution au PIB, d'exportation et d'emplois à l'horizon 2015 pour six secteurs de l'économie considérés comme ayant un fort potentiel de croissance : l'offshoring, l'automobile, l'aéronautique, le textile et l'agro-alimentaire. Notons que le plan Emergence avait pour objectif d'arriver, d'ici 2013, à une augmentation du PIB de 15,2 milliards de dirhams et à la création de 100 000 nouveaux emplois.

Cependant, si plus de 25% des entreprises ont pu s'équiper totalement en IT, et que 25% supplémentaires planifient de l'intégrer, les 50% restants n'y pensent même pas.  «Nous sommes sur des tendances lourdes. Notre marché est français, nous devons penser à conquérir d'autres marché », nous annonce le directeur de l'APEBI.

La fédération marocaine des technologies de l'information, des télécommunications et de l'offshoring pense qu'il faut innover dans les activités d'édition de logiciels et rester en mode veille, car, avec la crise, certains pays comme la Roumanie viennent nous concurrencer au niveau de ce secteur.

Pour Mehdi Kettani, le directeur B2B Inwi, «la généralisation de l'accès à internet et à la messagerie sur mobile a changé le mode de travail de l'entreprise car le téléphone est devenu un élément incontournable dans notre vie ».

Alors, comment peut-on améliorer la productivité des entreprises ?

Les applications mobiles, très à la mode en usage particulier, peuvent être un véritable levier de performances pour l'entreprise.  Grâce au mobile, on peut intervenir à distance, en maitrisant la flotte totale en un clic. «D'ailleurs, Technopark produit des milliers d'applications mobiles», nous explique Mehdi Kettani.

«  Le mobile, nous le voyons comme un moyen du e-gov si les gens illettrés peuvent recharger leur téléphone. Dans les prochains mois, voire les prochaines années, nous comptent créer des services qui vont permettre aux citoyens de savoir où en est leur dossier. Malheureusement, nous n'avons pas la possibilité d'avoir un Etat civil numérisé » explique Badr Boubker, Directeur de l'Economie Numérique au Ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.

«  Demain la 4G devrait permettre une meilleure expérience client et ouvrir de nouveaux horizons au Machine to Machine, au vidéo streaming haute définition, à la télésurveillance en temps réel, à la gestion du système d'éclairage, à la supervision du trafic routier et à l'interconnexion des voitures. D'ici 2014, le nombre de connexions Internet via mobile devrait dépasser celui des connexions sur ordinateurs», annonce le directeur B2B.  A bon entendeur !

Fatimazahraa Rabbaj

 

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

stratégie

AFP

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

AFP

Kenya: Raila Odinga reporte

Kenya: Raila Odinga reporte

AFP

Kenya: Raila Odinga annoncera sa stratégie mardi

Kenya: Raila Odinga annoncera sa stratégie mardi

Maroc

AFP

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

AFP

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

AFP

Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc

Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc