mis à jour le

Vacances des enfants, casse- tête de l’été

Quelques jours seulement nous séparent des grandes vacances. Synonymes de  plaisir, de joie, d'amusement et de délassement pour les enfants, les vacances scolaires représentent pour les parents une véritable prise de tête.

Si l'on exclut le corps enseignant, les vacances des parents ne dépassent pas souvent deux à trois semaines, alors que les enfants eux, en ont un minimum de deux mois. De ce fait, les parents sont contraints de mettre en place toute une organisation à même de permettre aux petits de passer de bonnes vacances. Ces dernières devraient être un prolongement de l’école en termes d’apprentissage sans pour autant présenter de contraintes particulières : une équation parfois difficile à résoudre. Passer ses vacances cloitré à la maison en face d'un écran TV ou avec des jeux électroniques est loin d'être intéressant, mais passer sa journée dans la rue à jouer à divers jeux ne l'est pas plus.

Offre limitée

En effet, en fonction des CSP, les enfants ont plus ou moins de choix. Si l'on exclut les colonies de vacances, les enfants issus de milieux défavorisés n’ont pas réellement d’alternative. Les adolescents peuvent ainsi passer une dizaine de jours en BB contre 380 dirhams, et 900 dirhams en demi-pension, alors que les petits paient de 250 DH pour une période de 15 jours tout compris, à 400 DH pour ceux qui souhaitent bénéficier d’activités à l’extérieur des centres. Autrement, les enfants vont alterner matchs de foot, partie de cartes ou de billes pour les garçons et jeux maison (poupée, jeux de rôle,…) pour les filles.

Pour des enfants issus de milieux relativement aisés, on constate que l'offre s'est légèrement améliorée ces dernières années, tout en restant assez limitée. En effet, de nombreux écoles, crèches et jardins d'enfants proposent des activités en centre aéré aux tous petits et préadolescents.

A titre d'exemple, l'Académie Georges Washington à Casablanca propose le «summer camp» pour une période de deux semaines, du 24 juin au 05 juillet. Une équipe pédagogique fera le déplacement des Etats-Unis pour encadrer les petits. Pour cela, il faut compter 1900 Dhs/semaine, pour des enfants de 3 à 14 ans. En plus d'une totale immersion dans la langue anglaise, les enfants bénéficient d'un programme assez riche en activité physique (badminton, soccer, volley, …) et en jeux ludiques.

L'Ile aux trésors propose également un centre aéré du 1er au 26 juillet, à raison de 1000 Dhs/semaine ou 3400 Dhs pour l'intégralité.

La Trampoline et La Petite Main accueillent les enfants de 3 ans et plus durant les trois premières semaines de juillet pour un tarif de 500 Dhs/semaine.

Pour sa part, la FOL met ses services à la disposition des parents durant tout le mois de juillet pour une somme de 700 Dhs/semaine. Et enfin, La Cité des Artistes proposent des activités aux enfants de 3 à 14 ans pour les mois de juillet et août. Pour cela il faut compter 750 Dhs/semaine.

Coût élevé

Ces tarifs ne comprennent pas le repas et le transport. Les enfants sont accueillis de 8-9h à 16-17h, ils doivent amener leur repas, qui sera servi sur place (à l'exception de la Cité des Artistes qui proposent un service traiteur pour un coût supplémentaire).

Enfants

Les établissements proposent pratiquement les mêmes activités ludiques et récréatives aux enfants. Art plastique, chant,  intiation musicale, natation, théâtre…, sont des activités que l'on retrouve à peu près partout. Des sorties sont programmées une fois par semaine (ferme équestre, plage, zoo,…).

Autre bémol, si les tous petits acceptent aisément le choix des parents, du moment qu'ils peuvent sortir, rencontrer de nouveaux copains, et s'amuser, la tâche est un peu ardue pour les préadolescents. Ces derniers ont des exigences, des préférences et refusent parfois tous les plans des parents.

Les séjours linguistiques, en centre ou chez les familles d’accueil, sont également un bon tremplin de développement et d’autonomie pour les petits. Angleterre, Canada, USA, Espagne, France, sont les destinations prisées des Marocains. Il faut compter entre 15 000 et 25 000 DH pour une quinzaine de jours.

Pour les mordus de foot, le choix est rapidement fait. Arsenal Soccer School offre un entraînement pour divers âges et niveaux. Il faut compter 2 110 DH pour le stage d’été d'une semaine.

Enfin, les clubs privés du genre Paradise, Tahiti Beach, ou Tropicana, peuvent aussi être intéressant pour les adolescents. Mais le coût est élevé, il faut compter un minimum de 300 Dhs/jour entre le ticket d'entrée et le repas. Pour les salariés de certains grands organismes (OCP, Bank al Maghrib, Banque populaire, ONE, ONCF, …), le choix est également rapide. Leur club présente une excellente solution, mais là encore, les enfants en bas âge doivent être accompagnés.

C'est dire que les vacances ont un coût, parfois assez élevé. Elles ne s'improvisent pas. Il faut les budgétiser, comme toutes les autres charges indispensables. Les vacances font partie des droits fondamentaux des enfants et des jeunes. Donc, il n'est aucunement question de les négliger, car il y va de l'épanouissement et du développement de nos petits.

Leila Ouazry

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

vacances

Vacances

PHOTOS. Sur les plages maghrébines, le burkini côtoie le bikini

PHOTOS. Sur les plages maghrébines, le burkini côtoie le bikini

Tourisme

Où les Africains partent-ils en vacances?

Où les Africains partent-ils en vacances?

AFP

Zimbabwe: Mugabe "désolé" d'avoir dû prolonger ses vacances

Zimbabwe: Mugabe "désolé" d'avoir dû prolonger ses vacances