mis à jour le

Revue de la presse: La politique prime sur l'actualité des Lions du foot

(APS) - L'actualité politique s'impose à de nombreux titres de la livraison du jour de la presse quotidienne, au détriment d'autres sujets dont le sport, une thématique relativement en exergue ce mercredi, à travers l'équipe nationale de football, actuellement en préparation à Accra, au Ghana, avant son match contre le Libéria, prévu ce week-end, dans le cadre des éliminatoires de la coupe du monde 2014.

Le journal Le Quotidien ramène l'actualité politique aux ''calculs et coups bas'' suscités par la convoitise du perchoir de l'Assemblée nationale, dont le mandat du président fait actuellement débat depuis cette proposition de l'ancien Premier ministre Idrissa Seck consistant à abroger la +Loi Sada Ndiaye'' de 2009 le fixant à un an renouvelable.

''Le fauteuil de Moustapha Niasse vacille'', note ce journal, en évoquant la fin de son mandat d'un an renouvelable à partir du 31 juillet prochain. Une situation à l'origine d'incertitudes et d'une ''instabilité institutionnelle'', selon Le Quotidien.

''Mais il n'est pas seul à subir cette instabilité institutionnelle. Macky Sall, qui sème le doute sur sa volonté de réparer l'+injustice+ dont il a été victime lui-même, a été précédé par Youssou Daigne en 2002, mais aussi Habib Thiam et Daouda Sow sous le régime socialiste'', ajoute le journal, qui voit dans cette répétition une ''hypocrisie de nos hommes politiques qui veulent le respect de la loi au gré des circonstances, à la tête du client''.

''Mission accomplie pour Idrissa Seck'', estime à propos Walfadjri, dans un jugement inspiré par une forte d'ose d'ironie. ''Idrissa Seck doit rire sous cape en voyant la crise au sein de la mouvance présidentielle occasionnée par sa proposition'' consistant à porter à cinq ans le mandat du président de l'Assemblée nationale contre un an renouvelable, depuis le vote de la ''loi Sada Ndiaye'' en 2009.

''Macky Sall (le chef de l'Etat sénégalais) et Moustapha Niasse (le président de l'Assemblée nationale) sont à couteaux tirés depuis'' que M. Seck ''a émis l'idée de ramener le mandat du président de l'Assemblée nationale à 5 ans. Même sin son parti l'AFP (celui de Niasse) s'en défend'', con state le journal.

Le quotidien Enquête, suivant quasiment la même perspective d'analyse, s'intéresse à la figure de l'ancien ministre des Affaires étrangères Alioune Badara Cissé, par ailleurs coordonnateur général de l'Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel.

''ABC, un mystère de gâchis'', titre-t-il, en faisant état d'un bicéphalisme au sommet de l'APR ''pour une brouille présumée dont personne ne parvient à en expliciter les termes''. ''C'est le spectacle qu'offrent Macky Sall et Alioune Badara Cissé dès après l'élection du premier à la tête du pays'', constate Enquête. Au sein du parti présidentiel, poursuit le journal, ''une constance se dégage : ABC a pris la grosse tête et ne s'en est pas rendu compte...''.

Mais au même moment, le Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) ''se déchire'', au grand bonheur du chef de l'Etat sénégalais, selon le quotidien La Tribune. C'est que cette formation politique, de laquelle est issue de larges franges du parti de Macky Sall, s'est singularisée depuis sa perte du pouvoir en mars 2012 ''par une opposition frontale et sans répit contre lui''.

''Aujourd'hui, plus qu'hier, le Parti démocratique sénégalais est traversé par des contradictions qui grippent ses capacités de nuisance'', fortement amoindrie par la retraite de son leader historique, Me Abdoulaye Wade, suite à sa défaire à l'issue du second tour de la dernière présidentielle sénégalaise, analyse La Tribune.

Mais le camp présidentiel ne doit sans doute pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, puisque tout se passe comme si le sphinx PDS renaîtrait bientôt de ses cendres, sous la conduite d'anciens députés libéraux qui ont mis sur les fonts baptismaux un mouvement politique dénommé ''And Penco Rewmi (APR)-Ci Dëgg'', rapporte L'Observateur.

''Nous, nous sommes des libéraux et nous travaillons pour les retrouvailles de la famille libérale. Aujourd'hui, la mouvance présidentielle est confus'', déclare l'ex-député libéral Abdoulaye Dramé, considéré comme un des responsable de ce mouvement, dans des propos rapportés par le quotidien du groupe Futurs médias.

Selon lui, des socialistes, des communistes et ''un peu de tout'' se retrouve au sein du parti présidentiel. Il faut que chacun reste à sa place et les vaches seront bien gardées. Nous n'écartons pas d'aller en alliance avec tous ceux qui se réclament libéraux sauf le camp présidentiel''.

Pour le compte de l'actualité sportive, de nombreux quotidiens rapportent que les Lions du football, présentement en regroupent à Accra, au Ghana, en perspective de leur prochain match contre le Libéria, dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2014, ont refusé de s'entraîner hier mardi.

''Les Lions disjonctent et boycottent l'entraînement'', affiche ainsi L'A. Selon le journal, les footballeurs de l'équipe nationale entendent ainsi protester contre la décision de la FIFA de faire jouer la rencontre contre le Libérai le dimanche au lieu de samedi comme précédemment arrêté.

''Les joueurs de Giresse (Alain, l'entraineur français des Lions du Sénégal) font la grève pour aller en vacances plutôt et portent une souillure sur le maillot national'', indique Le Populaire. ''La Tanière explose à Accra'', insiste Stades.

Ce journal relaie dans le même temps la réaction de Mohamed Diamé capitaine des Lions. ''On n'a jamais boycotté l'entraînement'', déclare le milieu de terrain sénégalais ''nous voulons savoir ce qui ce qui était à l'origine de cette déprogrammation à quatre jours du match. C'est cette polémique-là qui a pris le temps de l'entraînement'', précise-t-il.

Tout le sport reprend la même information faisant état d'une grève des Lions, mais ce quotidien spécialisé se projette dans le même temps sur le match des Lions contre le Libéria. ''Giresse va encore remanier'' son groupe pour cette rencontre, croit savoir Tout le sport.

''Une semaine après le match contre l'Angola, le sélectionneur des Lions, Alain Giresse, devrait encore changer son équipe de départ contre le Libération, dimanche. Entre la volonté de confirmer le bon résultat et/ou celle de sanctionner les auteurs de mauvaises prestations, le technicien sénégalais aura encore l'embarras du choix'', écrit-t-il.

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

politique

AFP

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

AFP

Afrique du Sud: l'incertitude politique menace l'économie du pays

Afrique du Sud: l'incertitude politique menace l'économie du pays

AFP

Crise politique en RDC: appel

Crise politique en RDC: appel

prime

AFP

Accord de paix au Soudan du Sud: Juba dénonce "une prime

Accord de paix au Soudan du Sud: Juba dénonce "une prime

AFP

Goncourt: bête noire des intégristes, l'écrivain algérien Kamel Daoud primé

Goncourt: bête noire des intégristes, l'écrivain algérien Kamel Daoud primé

AFP

Mondial: Corée du Sud-Algérie, la prime

Mondial: Corée du Sud-Algérie, la prime

lions

AFP

CAN: Paul Biya salue les Lions qui ont mis les Pharaons "dans la sauce"

CAN: Paul Biya salue les Lions qui ont mis les Pharaons "dans la sauce"

AFP

CAN: Yaoundé en liesse pour le retour des Lions indomptables

CAN: Yaoundé en liesse pour le retour des Lions indomptables

AFP

CAN: Douala et Yaoundé réconciliées avec les Lions

CAN: Douala et Yaoundé réconciliées avec les Lions