mis à jour le

Mali: les représentants des groupes armés sédentaires du nord font des mises à gardes à Ouagadougou

Me Harouna Toureh

OUAGADOUGOU – Les représentants des groupes armés sédentaires du nord du Mali qui ont bien apprécié leur participation aux pourparlers intermaliens à Ouagadougou, ont fait mardi des mises à gardes par rapport à un éventuel accord, lors d’un entretien avec des journalistes maliens présents dans la capitale burkinabé.

 

 

Le porte-parole des coordinations des Mouvements et forces patriotique de résistance, un regroupement de groupes d’auto-défense, Harouna Mamadou Toureh, a affirmé que « les sédentaires du nord du Mali (peuls, songoï, arabe, bellah, bambara), représentant 93% des populations du nord, n’aspirent qu’à la paix et à la quiétude ».

 

 

M. Toureh a ajouté « sans nous, il n’y aurait de paix au nord du Mali, il n’y aurait pas d’élection. C’est le message que nous avons livré au médiateur et président du Burkina Faso et à la médiation internationale. Je pense que ce message a été entendu et compris ».

 

 

Younoussa Touré, responsable du Ganda Koï,(groupe d’auto-défense), a dit : « Nous pensons que notre message a été compris, entendu. Mais nous n’avons pas le sentiment qu’on veut travailler dans ce sens ».

 

 

De l’avis de Younoussa Touré,  » Si des signatures ou des points de vue doivent être donnés sur ces documents, ces documents nous devaient être remis officiellement. Nous n’avons pas reçu ces documents de façon officielle ».

 

 

Celui-ci a expliqué que cela « signifie qu’il se peut qu’il y ait anguille sous roche, c’est pourquoi nous mettons en garde », car, « à notre avis, tout ce qui ne se fait avec vous, peut se faire contre vous et si ça ne se fait pas avec nous, on peut avoir le sentiment que ça risque de se faire contre nous ».

 

 

Pour conclure, celui-ci a déclaré : « Nous ne sommes pas impliqués comme nous l’aurions souhaité. Nous le disons haut et fort, si nous ne sommes pas impliqués comme nous l’aurions souhaité, nous gardons notre position et nous ne nous sentons pas du tout engagés par un document issu des discussions auxquelles nous n’avons pas participé. Il faut le dire clairement ».

 

 

L’accord attendu de la rencontre de Ouagadougou doit être signé par deux parties à savoir la délégation gouvernementale malienne et la rébellion touareg, à qui le projet d’accord a été remis lundi soir.

 

 

French.news.cn   2013-06-12 09:44:35

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

armes

AFP

Centrafrique: affrontements entre groupes armés dans le centre

Centrafrique: affrontements entre groupes armés dans le centre

AFP

Libye: 4 morts dans l'attaque d'un canot de migrants par des hommes armés

Libye: 4 morts dans l'attaque d'un canot de migrants par des hommes armés

AFP

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

Ouagadougou

AFP

Burkina: l'ex-otage australienne est arrivée

Burkina: l'ex-otage australienne est arrivée

AFP

Burkina: marche silencieuse en hommage aux victimes de l'attaque de Ouagadougou

Burkina: marche silencieuse en hommage aux victimes de l'attaque de Ouagadougou

AFP

Leila Alaoui, une photographe humaniste victime des jihadistes

Leila Alaoui, une photographe humaniste victime des jihadistes