mis à jour le

Surveillance internet de la NSA: Edward Snowden a abusé de ses droits d’accès 
 


Les autorités américaines tentent de comprendre comment un sous-traitant lambda en informatique a pu mettre la main sur des documents top secrets, censés n’être accessibles qu’à un petit nombre de personnes, selon des experts interrogés par l’AFP.

Les “révélations” d’Edward Snowden, cet ancien consultant du renseignement, sur la surveillance d’internet par l’Agence de sécurité nationale (NSA) incluaient une décision de la Cour de surveillance du renseignement extérieur (Fisa), dont les documents sont maintenus secrets depuis plus de trente ans.

“C’est extrêmement protégé”, déclare à l’AFP Robert Deitz, ancien conseiller de la NSA et de la CIA. Moins de 100 personnes ont théoriquement accès à une telle décision, ajoute M. Deitz, également professeur de politique publique à l’université George Mason.

“Pourquoi a-t-il eu accès aux joyaux de la couronne?”, se demande-t-il, alors qu’Edward Snowden n’a ni diplôme universitaire ni formation poussée sur le renseignement.

Le large éventail d’informations révélées par Edward Snowden, concernant différents programmes de la NSA, laisse penser qu’il pourrait avoir outrepassé ses droits d’accès pour mettre la main sur des dossiers classifiés, selon d’anciens responsables américains.

“Il est hautement probable qu’il a outrepassé ses limites”, déclare Cedric Leighton, ancien directeur adjoint de la formation à la NSA et colonel retraité de l’armée de l’air.

“Il lui a juste suffi d’aider un haut responsable avec un problème d’informatique pour avoir accès, probablement, au mot de passe de cette personne. Dès lors, tout devient possible”, dit-il.

Le cas d’Edward Snowden diffère de celui de Bradley Manning, le soldat américain aujourd’hui jugé notamment pour “collusion avec l’ennemi” après avoir publié des milliers de dossiers classifiés.

Cet analyste pour le renseignement en Irak avait l’autorisation de naviguer dans un océan de télégrammes diplomatiques top secrets et de rapports du renseignement militaire, qu’il a ensuite livrés au site internet WikiLeaks.

  Vision “hollywoodienne” du renseignement

Pourtant Snowden n’était pas un analyste du renseignement et “était censé assurer la maintenance du réseau. Mais il regardait probablement aussi (les documents) qui circulaient”, selon James Lewis, un ancien responsable américain spécialisé dans la cyber-sécurité.

Les services de renseignement sont continuellement tiraillés entre la nécessaire protection de leurs informations et les demandes de transparence.

Après les attentats du 11 septembre 2001, les parlementaires avaient ouvertement critiqué les services d’espionnage pour avoir échoué à “faire les liens” qui auraient permis d’empêcher la catastrophe.

Et l’affaire Snowden pourrait une fois de plus pousser le renseignement américain à revoir la manière dont il gère la confidentialité de ses documents, selon M. Deitz.

Les dernières révélations entraîneront inévitablement une révision globale de la cyber-sécurité au sein des services de renseignement et du contrôle des employés, et notamment des sous-traitants, assure pour sa part M. Leighton.

“Ils devront se pencher sur les systèmes d’authentification. Et trouver autre chose pour vraiment assurer une protection supplémentaire à toutes sortes de documents”, dit-il.

Edward Snowden avait un profil inhabituel pour la NSA, notamment en raison de son manque de formation, remarque M. Leighton. L’agence embauche généralement des techniciens hautement qualifiés et ne choisit que les meilleurs candidats issus de l’armée.

L’ampleur de ces révélations est sans doute largement exagérée par leur auteur lui-même, qui affirmait au journal britannique The Guardian que tout analyste de la NSA “peut, à tout moment et n’importe où, s’attaquer à qui que soit”.

“Moi-même, assis à mon bureau, je pouvais mettre sur écoute n’importe qui, que ce soit vous, votre comptable, un juge fédéral ou même le président des Etats-Unis, si tant est que j’avais son adresse électronique personnelle”, ajoutait-il.

Pour M. Deitz, de telles affirmations sont “ridicules. C’est du grand n’importe quoi”.

Selon lui, Edward Snowden ignore les procédures et les autorisations légales nécessaires pour mettre quelqu’un sur écoute, et ses propos trahissent une vision “hollywoodienne” de la façon dont fonctionnent les services de renseignement.
(d’après l’AFP).

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

surveillance

AFP

Sénégal: Saint-Louis débute son festival de jazz sous haute surveillance

Sénégal: Saint-Louis débute son festival de jazz sous haute surveillance

AFP

Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques sous haute surveillance

Les coptes d'Egypte célèbrent Pâques sous haute surveillance

AFP

Burkina: le festival de cinéma africain sous haute surveillance

Burkina: le festival de cinéma africain sous haute surveillance

Internet

Connexion

Au Cameroun anglophone, un village d'irréductibles résiste à la coupure internet

Au Cameroun anglophone, un village d'irréductibles résiste à la coupure internet

AFP

.africa : l'Afrique a désormais son domaine internet

.africa : l'Afrique a désormais son domaine internet

AFP

Cameroun/crise anglophone: coupure internet sans précédent en Afrique

Cameroun/crise anglophone: coupure internet sans précédent en Afrique

droits

AFP

Kenya: le pouvoir "hostile" aux défenseurs des droits de l'homme

Kenya: le pouvoir "hostile" aux défenseurs des droits de l'homme

AFP

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

AFP

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU