mis à jour le

La grèce décide la fermeture immédiate des chaînes de la radio-télévision publique

A la fin des programmes, les écrans se sont éteints. Brusquement. Athènes a annoncé , mardi soir 11 juin , la fermeture immédiate du groupe de télévision publique grecque ERT, qui rassemble trois chaînes de télévision ainsi que la radio publique. Chose promise, chose due. A 23 heures (heure locale), la télévision publique a cessé d’émettre. Au total, 2.656 personnes mises au chômage en une soirée .

Pourquoi ? Si l’exécutif a pris une mesure aussi radicale, c’est d’abord pour mettre un terme aux gaspillages. Selon le porte-parole du gouvernement, ERT constituait en effet « un cas d’absence exceptionnelle de transparence et de dépenses incroyables ». « Tout ceci prend fin maintenant », a-t-il encore ajouté.
C’est également une façon de donner un gage de bonne volonté à la Troïka des créanciers. Les experts de l’Union européenne, de la BCE et du FMI sont en effet en ce moment à Athènes pour s’assurer que le pays respecte bien ses engagements de privatisations et d’économies budgétaires. La Grèce s’était notamment engagée à supprimer 2.000 emplois publics avant la fin juin. Les 2.656 salariés mis à la porte se verront toutefois proposer une indemnité, ainsi que la possibilité d’intégrer la nouvelle télévision publique, qui doit remplacer à terme ERT.

15.000 fonctionnaires remerciés

Les critiques fusent. Cette mesure est loin de faire l’unanimité. Pour les syndicats, c’est un véritable « coup d’Etat » qu’a orchestré le gouvernement. La télévision publique s’était en effet opposée très vigoureusement aux plans de restructurations avancés par le pouvoir. Mais les critiques contre cette décision vont bien au-delà des frontières grecques : l’Union européenne de radiotélévision a demandé mardi au Premier ministre grec d’annuler la fermeture. « L’existence de médias de service public et leur indépendance à l’égard du gouvernement sont au c½ur des sociétés démocratiques », indique-t-elle dans un communiqué.
Les employés de la télé grecque, dépités, quelques minutes après l’extinction de la chaîne, à la fenêtre du bâtiment de la rédaction.

Et pour la suite ? La Grèce n’a bien évidemment pas l’intention de se passer définitivement d’une chaîne de télévision publique. Selon Simos Kedikoglou, ERT devrait revoir le jour sous une autre forme, avec un nombre de salariés réduits. Il a d’ailleurs promis que les salariés d’ERT pourraient postuler pour rejoindre le nouveau groupe. Voilà qui donnera en tout cas du grain à moudre aux détracteurs de l’Europe de l’austérité...

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Grèce

AFP

Manifestations

Manifestations

AFP

Mondial: la Grèce renverse la Côte d'Ivoire

Mondial: la Grèce renverse la Côte d'Ivoire

AFP

Mondial: Drogba et les Touré titulaires avec la Côte d'Ivoire contre la Grèce

Mondial: Drogba et les Touré titulaires avec la Côte d'Ivoire contre la Grèce

fermeture

AFP

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée

AFP

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

Mali: fermeture des bureaux du producteur d'or Randgold

coup d'État

Le putsch manqué en Turquie a aussi des conséquences en Afrique

Le putsch manqué en Turquie a aussi des conséquences en Afrique