SlateAfrique

mis à jour le

Une crise alimentaire plane au Sud-Soudan

Moins d’un mois avant la proclamation de l’Etat du Sud-Soudan, le 9 juillet 2011, le futur Etat est toujours empêtré dans des grandes difficultés alimentaires et sanitaires. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies fait savoir que la fermeture d’une route entre le Soudan et le Sud-Soudan, il y a quatre semaines, provoque de graves pénuries dans l’Etat d’Unity, situé à la frontière. Et les responsables gouvernementaux sud-soudanais s’inquiètent pour la sécurité alimentaire des milliers de déplacés et réfugiés.

«Malgré l’arrivée au compte-gouttes de vivres depuis les routes du Sud, la province est actuellement confrontée à une crise alimentaire», a indiqué le ministre du Développement social de l’Etat d’Unity.

Les populations manquent de tout et les prix des denrées alimentaires sur les marchés ont grimpé en flèche. Un sac [de 50 kg] de sorgho qui se vendait auparavant 200 livres soudanaises (51,66 euros) coûte désormais 320 livres (82,38 euros). Ce qui signifie que le wal wal (un plat traditionnel à base de sorgho) est maintenant rare. Mais d’autres denrées comme le riz, le maïs, le sésame sont également rares et chères alors que les fruits et légumes sont introuvables.

Certaines personnes sont obligées de vendre leur bétail pour pouvoir acheter des céréales. Un habitant de la région témoigne:

«J’ai une grande famille, je ne sais pas combien de temps nous allons pouvoir vivre de la vente de nos vaches.»

Lu sur IRIN