mis à jour le

Le chef du Polisario invite Ban Ki-moon à visiter le Sahara occidental

Le chef du Front Polisario, Mohammed Abdelaziz, a annoncé mardi avoir invité le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à visiter le Sahara occidental afin de promouvoir la protection des droits de l'homme sur ce territoire.

"Nous avons invité le secrétaire général à montrer davantage d'intérêt à la question du Sahara occidental", a déclaré à la presse M. Abdelaziz, qui a rencontré lundi M. Ban à New York.

"Une visite (de M. Ban) dans le territoire serait considérée comme un encouragement aux efforts de paix et pourrait contribuer à apaiser les tensions", a-t-il fait valoir.

Au cours de cet entretien lundi avec M. Abdelaziz, M. Ban a "réaffirmé l'engagement de l'ONU à aider le Maroc et le Front Polisario à négocier une solution à leur différend de longue date", a indiqué le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky.

"Le secrétaire général, a-t-il ajouté, a souligné son ferme attachement au respect des droits de l'homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés" controlés par le Polisario. "Il a aussi exprimé son inquiétude devant la frustration et la vulnérabilité croissantes que l'absence de réglement et l'instabilité au Sahel ont provoqué chez les jeunes dans les camps de réfugiés".

L'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant a indiqué de son côté que M. Abdelaziz avait évoqué avec lui la possibilité d'une visite du Conseil de sécurité au Sahara occidental. Mais, a-t-il ajouté, "aucun pays membre du Conseil n'a pour l'instant suggéré une telle visite". Le Royaume-Uni préside en juin le Conseil, dont le Maroc est membre non permanent.

Des manifestations pro-indépendance se sont déroulées le mois dernier à Laâyoune, la principale ville du Sahara occidental, à l'occasion du 40ème anniversaire de la création du Polisario, et ont été réprimées par les forces de l'ordre marocaines. Les négociations menées autour du Sahara occidental sous l'égide l'ONU sont pour l'instant dans l'impasse.

Le Maroc a annexé le Sahara occidental en 1975, au départ du colonisateur espagnol. Le Front Polisario a pris les armes pour obtenir l'indépendance jusqu'à ce que l'ONU impose un cessez-le-feu en 1991. Le Polisario, appuyé par l'Algérie, réclame depuis un référendum d'autodétermination, alors que le Maroc propose une large autonomie.

Le Conseil de sécurité a adopté le 25 avril une résolution qui souligne "l'importance de l'amélioration de la situation des droits de l'homme" au Sahara occidental mais qui ne charge pas la Mission de l'ONU sur place d'enquêter dans ce domaine.

AFP

Ses derniers articles: Italie: le Ghanéen Muntari (Pescara) quitte le terrain après des cris racistes  Nigeria: enquête pour corruption sur l'influent émir de Kano  Au Maroc, les convertis au christianisme sortent de l'ombre 

chef

AFP

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

AFP

Zambie: l'accusation de trahison maintenue contre le chef de l'opposition

Zambie: l'accusation de trahison maintenue contre le chef de l'opposition

AFP

Joseph Kony, l'insaisissable chef d'une des plus cruelles rébellions

Joseph Kony, l'insaisissable chef d'une des plus cruelles rébellions

Polisario

AFP

Sahara occidental: le Front Polisario toujours sur le qui-vive

Sahara occidental: le Front Polisario toujours sur le qui-vive

AFP

Sahara occidental: le front Polisario élit son nouveau chef

Sahara occidental: le front Polisario élit son nouveau chef

AFP

Sahara occidental: le Polisario souligne le risque d'une reprise des hostilités

Sahara occidental: le Polisario souligne le risque d'une reprise des hostilités

invité

AFP

RDC: l'ONU invite les acteurs politiques

RDC: l'ONU invite les acteurs politiques

AFP

Invité

Invité

AFP

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles