mis à jour le

Mandela toujours dans un état grave

Nelson Mandela est toujours dans un état jugé « grave mais stable », a annoncé mardi le gouvernement sud-africain. L’ex-président a été hospitalisé dans la nuit de vendredi à samedi pour de nouveaux problèmes pulmonaires.

 

 

« Le président (Jacob) Zuma fait pleinement confiance à l’équipe médicale et est satisfait de savoir qu’ils font leur possible pour que Madiba aille mieux », a indiqué le gouvernement un communiqué, faisant référence au surnom de Nelson Mandela.

 

 

La police a renforcé la sécurité autour de l’hôpital de Pretoria où est hospitalisé l’ancien président, âgé de 94 ans. Une dizaine de policiers ont été déployés à l’extérieur de l’hôpital, qui a été entouré de barrières. La police tente de contenir les journalistes locaux et étrangers devant l’entrée de l’hôpital.

 

 

Cette hospitalisation est la quatrième depuis décembre dernier. Nelson Mandela a reçu la visite de sa femme Graca Michel et de son ex-femme Winnie Madikizela-Mandela.

(ats / 11.06.2013 15h46)

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Mandela

AFP

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

AFP

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

Etat

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

AFP

Après l'attaque jihadiste au Niger, un ministre fait état des défaillances

Après l'attaque jihadiste au Niger, un ministre fait état des défaillances