mis à jour le

Musiques sacrées: Abeer Nehme fait revivre les chants antiques

Connu par son excellence dans l’interprétation du répertoire religieux d’origine maronite, byzantin et syriaque, Abeer Nehme est une chanteuse libanaise d’origine araméenne qui a une voix sobre et touchante. Portée par une foi personnelle, la chanteuse fait revivre ses racines. Entre traditions chrétiennes orientales et arabes, son répertoire diversifié porte l’héritage vocal grégorien et orthodoxe.

Présente au Maroc pour le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde, La Nouvelle Tribune est partie à sa rencontre.

La Nouvelle Tribune : Que représente pour vous la participation au Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde?

Abeer Nehme : Je ne peux qu’être heureuse de ma participation à un grand festival comme celui-là. C’est un grand festival à vocation internationale et participer à un tel événement ne peut qu’être un privilège pour n’importe quel artiste.

Quel est le message que vous voulez transmettre à travers votre musique?

Je considère que n’importe quel artiste est un messager qui a un message qu’il doit défendre à travers son art. Mon message a toujours été le même, je chante pour que l’amour et la paix règnent sur le monde. Si ces deux-là se propagent dans le monde, mettre fin aux misères sera plus facile.

Pourquoi avez-vous choisi de chanter des chants qui sont comprises par peu de gens ?

Je ne chante pas que des chants que personne ne comprend, je parle 18 langues et je suis fière de chanter toutes les langues que je parle. Mon amour pour les chants arméniens, syriaques et byzantins vient de mes origines. C’est une culture très ancienne qui est en train de disparaitre car personne ne la parle aujourd’hui, mais au lieu de cela elle est gardée dans les grandes universités, les églises et les musées. Il faut vivre cette musique, c’est la langue de Jésus. Le public, même s’il ne comprend pas les paroles, est emporté par la musique, car cette dernière n’a pas de limite. La musique est une langue universelle que tout le monde comprend.

Propos recueilli par Hajar Hamri

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”