mis à jour le

Potence / Flickr CC
Potence / Flickr CC

Il faut en finir avec la peine capitale en Tunisie

Un ouvrage choc vient de paraître, qui dénonce les dérives du système judiciaire tunisien.

Véritable manifeste contre la peine de mort, Le Syndrome de Siliana est un livre coup de poing. Il est signé par quatre auteurs qui ont entrepris de plonger dans les couloirs de la mort en Tunisie.

En décembre 2012, Samy Ghorbal, Héla Ammar, Hayet Ouertani et Olfa Riahi ont interrogé une trentaine de prisonniers, rapporte le site collaboratif Nawaat. Des militants et des personnalités politiques témoignent également des conditions de vie dans les prisons et des défaillances du système judiciaire tunisien.

Ce livre est «politique, mais pas partisan», selon Nawaat. Les gouvernements de Bourguiba et Ben Ali ont abusé de la peine capitale «comme moyen de répression politique», résume le site. Jusqu’en 2000, l’article nous apprend qu’une dizaine de condamnations est prononcée par an.

Un premier moratoire en 1991 puis un second signé avec les Nations unies en 2012 marquent cependant de grands progrès, d’après Nawaat: aucune sentence capitale n’est prononcée en 2011 (contre trois l’année d'après et une au premier semestre 2013) et 22 condamnés à mort sont graciés fin 2012. Mais la peine de mort n’est toujours pas abolie officiellement:

«La crainte du châtiment persiste dans la loi pour créer un effet dissuasif», explique l’article.

L’ouvrage dénonce aussi les conditions de détention particulièrement inhumaines, mais qui se sont améliorées, depuis le départ de Ben Ali. Bien souvent, les procès ne sont pas équitables et les aveux sont arrachés sous la torture: l’erreur judiciaire n’est jamais loin…

Les auteurs ne cherchent pas à excuser les actes commis par les condamnés, mais interrogent l’équité d’un système carcéral qui s’acharne sur les populations défavorisées: Nawaat révèle que 68,5% des condamnés à mort sont des travailleurs précaires, des chômeurs, ou des paysans. Un quart d’entre eux proviennent du gouvernorat déshérité de Siliana, qui a donné son nom à la publication. 

Cependant, le tabou religieux est un obstacle à l’abolition pure et simple de la peine capitale. Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahda, semble réticent à abroger cette loi et un récent sondage repris par Nawaat montre que 70% des Tunisiens sont encore favorables à la peine de mort.

Lu sur Nawaat

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

peine de mort

Peine de mort

Vers l'arrêt de mort de la peine capitale

Vers l'arrêt de mort de la peine capitale

Bénin

L'abolition de la peine de mort divise Cotonou

L'abolition de la peine de mort divise Cotonou

Justice

Pourquoi l’affaire Troy Davis est capitale

Pourquoi l’affaire Troy Davis est capitale

prison

AFP

En Gambie, répression politique avant la présidentielle

En Gambie, répression politique avant la présidentielle

Football

Samuel Eto'o est-il définitivement hors-jeu?

Samuel Eto'o est-il définitivement hors-jeu?

AFP

Pratiques sexuelles "nuisibles": prison pour un séropositif malawite

Pratiques sexuelles "nuisibles": prison pour un séropositif malawite

Rached Ghannouchi

Instabilité

La Tunisie est morte avec Mohamed Brahmi

La Tunisie est morte avec Mohamed Brahmi

violence politique

Comment le pire est arrivé en Tunisie

Comment le pire est arrivé en Tunisie

L'après-Ben Ali

La Tunisie n'a rien oublié du 14 janvier

La Tunisie n'a rien oublié du 14 janvier