mis à jour le

Egypte : Menace de guerre contre l’Éthiopie

Le président égyptien Mohammed Morsi a déclaré que les autorités envisageaient tous les actes de guerre susceptibles de stopper la construction du barrage sur le Nil Bleu engagée par l’Éthiopie. Le barrage est actuellement, en voie d'achèvement

Morsi s’est bien gardé de condamner les suggestions de sabotage ou d’attaques contre l’Éthiopie que ses invités formulaient devant lui. « Nous ne pouvons rien laisser passer qui puisse avoir un impact sur une goutte d’eau du Nil », a seulement déclaré le chef de l’État égyptien.

Le Nil est presque la seule source d'eau, pour 85 millions d'égyptiens. Le Caire craint que ses prises d’eau baissent de 20%, suite à la construction du barrage.

Les travaux de construction du Grand barrage de la Renaissance se poursuivent, à l'heure qu'il est, sur le Nil bleu, dans l’Etat de Benshangdul Oumuz (Nord-ouest), à une trentaine de kilomètres de la frontière soudanaise, ces travaux ont été lancés au début du mois d’avril 2011. L’Ethiopie entend, ainsi, construire le 4e plus important barrage d’Afrique.

C'est le géant français Alstom, signataire d'un contrat d'une valeur de 250 millions d'euros, auprès de Metals & Engineering Corporation (METEC), qui fournira les turbines et alternateurs destinés à la centrale hydroélectrique du Grand barrage de la Renaissance. Cette centrale sera exploitée par la société EEPCO.

Alstom fournira les équipements électromécaniques de la centrale, incluant huit turbines Francis de 375 MW et huit alternateurs, pour la première phase du projet, et supervisera leur installation. Le contrat comprend également, l'ingénierie ainsi que la mise en service de la centrale, qui s'étalera par phases successives sur trois ans à partir de fin 2013.

Conformément aux attentes du gouvernement éthiopien, Alstom assurera localement, un programme de développement des compétences et de savoir-faire en matière d'hydroélectricité.

Une fois l'ensemble du projet achevé, la centrale du Grand barrage de la Renaissance totalisera une puissance de 6 000 MW. Elle sera le plus grand projet hydroélectrique sur le continent africain. La mise en service de ce barrage permettra de quadrupler la capacité de production électrique de l'Ethiopie. A condition, bien entendu, que l'aviation militaire égyptienne ne bombarde pas les installations avant leur achèvement.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Egypte

AFP

Le plus vieux texte écrit sur du papyrus exposé en Egypte

Le plus vieux texte écrit sur du papyrus exposé en Egypte

AFP

Italie: flash mob d'Amnesty International contre les disparitions en Egypte

Italie: flash mob d'Amnesty International contre les disparitions en Egypte

AFP

Amnesty dénonce une "multiplication des disparitions forcées" en Egypte

Amnesty dénonce une "multiplication des disparitions forcées" en Egypte

menace

AFP

L'Afrique du Sud sous la menace d'une dégradation des agences financières

L'Afrique du Sud sous la menace d'une dégradation des agences financières

AFP

Le monde sous la menace d'évènements climatiques plus fréquents

Le monde sous la menace d'évènements climatiques plus fréquents

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

guerre

AFP

En Afrique du Sud, guerre ouverte au sein de l'ANC au pouvoir

En Afrique du Sud, guerre ouverte au sein de l'ANC au pouvoir

AFP

RD Congo: HRW appelle

RD Congo: HRW appelle

AFP

Crimes de guerre en RDC: la CPI étudie l'indemnisation des victimes

Crimes de guerre en RDC: la CPI étudie l'indemnisation des victimes