mis à jour le

Congo : quatre journaux interdits de parution

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a demandé ce lundi aux autorités de la République du Congo de lever les mesures de suspension contre quatre hebdomadaires de la capitale Brazzaville, selon Blogs.mediapart.fr. Ils ont été sanctionnés pour avoir publié des articles critiquant des fonctionnaires du gouvernement. Ces suspensions ont été infligées par l'organe de régulation des médias dont les 11 membres sont tous choisis par le président de la République.

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

Congo

AFP

Le pape François appelle à la paix au Congo

Le pape François appelle à la paix au Congo

AFP

L'ONU vote une réduction des effectifs de sa mission en RD Congo

L'ONU vote une réduction des effectifs de sa mission en RD Congo

AFP

Lancement d'un Fonds bleu pour le Bassin du Congo

Lancement d'un Fonds bleu pour le Bassin du Congo

journaux

AFP

Gabon: nouveau code pour que les journaux ne soient plus des outils "de combat politique"

Gabon: nouveau code pour que les journaux ne soient plus des outils "de combat politique"

AFP

Soudan: les exemplaires de quatre journaux indépendants saisis

Soudan: les exemplaires de quatre journaux indépendants saisis

AFP

Mauritanie: grève des journaux privés pour alerter sur leurs difficultés

Mauritanie: grève des journaux privés pour alerter sur leurs difficultés

interdits

AFP

Togo: deux médias audiovisuels interdits d'émettre

Togo: deux médias audiovisuels interdits d'émettre

AFP

Tchad: l'opposition maintient ses rassemblements interdits avant l'investiture de Deby

Tchad: l'opposition maintient ses rassemblements interdits avant l'investiture de Deby

AFP

Burundi: les motos-taxis interdits au centre de Bujumbura après une journée de violences

Burundi: les motos-taxis interdits au centre de Bujumbura après une journée de violences