mis à jour le

Elyes Fakhfakh passe son examen devant une délégation de « Standard & Poors »

Une délégation d’experts de l’Agence de notation « Standard & Poors » a évoqué, lors d’une rencontre, tenue récemment, avec le ministre tunisien des Finances, Elyes Fakhfakh, l’état d’avancement de la réalisation du budget 2013 au cours des premiers mois de l’année , ainsi que les équilibres des finances publiques et le volume de l’endettement prévu pour l’année en cours.
Selon un communiqué, publié ce lundi, par le ministère des finances, la délégation s’est enquis de la stratégie de l’Etat en matière de subvention, de la situation financière des sociétés publiques, de nouveau système d’encouragement à l’investissement, de la feuille de route devant être adoptée pour la période à venir et des grandes étapes nécessaire pour parachever la transition démocratique.
Le ministre a fait savoir que le taux de croissance enregistré en 2012 et au cours des premiers mois de 2013, a été positive, précisant que l’effort est orienté, actuellement, vers la maîtrise des équilibres financiers et la limitation du taux du déficit budgétaire à 5,9%, tout en veillant à abaisser progressivement le taux de l’endettement de 46,5% en 2013 à 42% en 2017.
Le gouvernement provisoire procédera, a-t-il ajouté, dans le cadre des réformes fiscales engagées, à la création de six commissions qui se pencheront sur l’élaboration des grandes lignes de cette réforme devant être soumise en octobre prochain, à une consultation nationale élargie. Il a évoqué, également, l’opération d’audit global des banques publiques qui s’inscrit dans le cadre de la réforme du système bancaire outre les réforme du système d’incitation à l’investissement et celui de la compensation, insistant sur l’impératif de la participation de l’ensemble des parties prenantes dans ces réformes.
D’après Fakhfakh, la mission assumée par les députés de l’Assemblée Constituante relative à l’élaboration de la constitution était à l’origine de retard enregistré au niveau de la promulgation de plusieurs textes législatifs, dont les textes organisant l’opération de financement du budget par les sukuks islamiques (bons du trésor). Il a fait savoir que le gouvernement a convenu avec le Fonds Monétaire International ( FMI ) de la possibilité d’avoir recours au prêt à titre précaution que le fonds a approuvé, dernièrement, en vue de pallier au manque de financement, dû au retard dans l’émission des sukuks islamiques.
En ce qui concerne l’agenda politique, le ministre a jugé que la vision commence à être plus claire, à la suite de l’annonce du parachèvement de l’élaboration de la version finale de la nouvelle constitution, outre la mise en place des instances nationales indépendantes de l’information, de justice et des élections, et les préparations engagées pour l’élaboration de la loi électorale.

Elyes Fakhfakh a-t-il convaincu ? On le saura quand   »Standard & Poors » publiera sa note .

On sait que Fakhfakh a raté un premier examen et que l'agence internationale de notation  Moody's a procédé mercredi 29 mai à la dégradation de la note souveraine de la Tunisie à BA2 en citant des incertitudes politiques et des risques d'instabilité ainsi que des faiblesses des banques de l'Etat et des pressions substantielles sur la balance des paiements . 

Va-t-on assisté à une autre dégradation ? les indicateurs politiques et économiques n’ont pas changé 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes