mis à jour le

Thiès- Les misères de Rama Diouf: " Depuis qu'il a pris une seconde épouse, mon mari veut m'expulser du domicile conjugal "

Abandonné par son époux, Rama Diouf s'est refugiée dans les bras de Mme Gueye, point focal du Réseau africain pour le développement intégré (Radi), pour la défense de ses droits contre un mari qui veut l'expulser avec ses enfants du domicile conjugal, après avoir convolé en secondes noces.
" Je m'appelle Rama Diouf, j'ai 41 ans. Je suis domiciliée au quartier cité Lamy. Je suis mariée à I.D qui est chauffeur à la société des transports Dakar Dem Dikk (DDD). Aujourd'hui, il veut m'expulser du domicile conjugal après 27 ans de mariage. Nous avons 5 enfants. Je suis au fond du gouffre. Lorsqu'on s'est marié, j'avais 15 ans. J'ai vécu dans une grande misère avec lui, puisqu'il était un maçon qui ne fabriquait que des briques. Et ce n'était pas toujours rose. C'est ainsi qu'il s'est reconverti dans le transport comme chauffeur au service d'un particulier . Une bonne dame l'aida à obtenir un permis de conduire de transport. Il devient ensuite taximan, puis camionneur. Lorsque la société Dakar Dem Dikk a été lancée, il y sera recruté comme chauffeur. A Dakar, il va rencontrer une autre femme qu'il va épouser. Depuis, il ne s'occupe pas de moi, il ne se préoccupe pas de ses enfants.

" Mon mari ne m'a pas touchée depuis 2009"

Sa famille à Thiès représente le cadet de ses soucis. Et bien avant son second mariage, je vivais déjà l'enfer dans mon ménage. Mon mari qui a toujours l'insulte à la bouche me bat souvent. Une première fois, il m'a répudiée et expulsée du domicile conjugal. C'était en 2006. J'ai du regagner le domicile de mes parents à Mbombaye (Communauté rurale de Notto Diobas). Il épousa une autre dame du quartier cité Lamy avant de divorcer d'elle plus tard. Après moult négociations j'avais accepté de regagner le domicile conjugal. Mon mari ne sais même pas si ses enfants sont à l'école ou pas, puisqu'il n'achète ni stylo ni cahier et ne s'acquitte pas de leurs inscriptions. Mon fils qui est élève au collège d'enseignement moyens, est obligé de s'improviser man½uvre dans les chantiers de maçon en période de vacances, pour payer ses études. Aujourd'hui, mon mari veut m'expulser du domicile conjugal avec mes enfants. Il veut vendre la maison. Je ne sais pas ou aller, étant entendu que mes parents qui voulaient que je quitte mon mari sont en froid avec moi. Lors des fêtes de Tabaski, il vient avec ma coépouse. Je libère ma chambre pour les laisser y dormir. Une autre chambre avec un vieux matelas qui aurait pu faire comprendre à ma coépouse que son mari ne s'occupe pas de sa première épouse. Quand mon mari vient à Thiès, il ne partage pas mon lit. Quand je suis au lit, il se couche sur une natte dans un coin de la chambre. C'est à l'aube, lorsque je me lève, qu'il vient alors se coucher sur le matelas comme si je le dégoutais. Je vis ce calvaire depuis presque 2009. Depuis cette date, je n'ai plus connu un homme, puisque mon mari refuse de me toucher, de s'acquitter de son devoir marital. Je m'en suis ouvert à un de ses frères qui vit dans la maison. Il m'a dit que ma misère est irréversible. Qu'il n'y peut rien.

L'Observateur

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye