SlateAfrique

mis à jour le

MONDE ARABE - Le club des cinq, au pouvoir depuis 127 ans

Les dirigeants de l’Algérie, de la Syrie, de l’Egypte, de la Libye et du Yémen, apparaissent comme de véritables modèles de «longévité présidentielle»: à eux cinq, ils cumulent pas moins de 127 ans de présence au pouvoir.

Un chiffre surprenant paru dans un article du quotidien Dernières nouvelles d’Algérie, pour qui ces présidents ne sont pas arrivés aux plus hautes fonctions par «des moyens légaux et démocratiques». Alors que le régime tunisien de Ben Ali a cédé sous les assauts d’une population en mal de démocratie, peut-être que «ces cinq dirigeants risquent de voir leurs pouvoirs vaciller tant ils sont devenus extrêmement impopulaires dans leurs pays».

Abdelaziz Bouteflika, 73 ans, est au pouvoir en Algérie depuis bientôt 12 ans. [Le 3 février 2011, il a annoncé la levée de l’état d’urgence établi depuis 19 ans, ainsi que l’ouverture des médias publics aux partis d’opposition, ndlr] En avril 2009, il a été réélu avec 90,24% des voix.

Hosni Moubarak a été élu en octobre 1981. Agé de 82 ans, c’est le doyen des cinq dirigeants cités dans l’article. Systématiquement réélu avec plus de 80% des voix, son projet de voir son fils Gamal lui succéder s’est «fracassée dans les rues du Caire» à la suite des troubles actuels en Egypte.

Mouamar El Khadafi, l’autoproclamé colonel, s’est emparé du pouvoir en Libye après un coup d’état en 1969. Incontestable «champion» en terme de longévité, il totalise à lui seul 42 ans de règne.

Ali Abdallah Saleh, le président yéménite, est arrivé au pouvoir en 1978, «porté par les chars militaires après le coup d’Etat qui s’est soldé par l’assassinat des présidents Ibrahim al-Hamdi et Ahmad al-Gashmi». Après 33 ans de pouvoir, les manifestations populaires de plus en plus nombreuses réclament son départ, souligne le quotidien.

Bachar Al-Assad, fils cadet de l’ancien président syrien Hafez Al-Assad, lui a succédé en juillet 2000 avec 97,62% de suffrage. «A moins d’un coup d’Etat, d’un accident, d’une mort naturelle», tout est en place pour un mandat ad vitam eternam.

Lu sur Dernières Nouvelles d'Algérie