mis à jour le

L’association « Les salons de la Sorbonne » démarre ses activités

A peine deux semaines après l'accomplissement des procédures légales officielles donnant droit à l'association « Les Salons de la Sorbonne » d'entrer en action culturelle et artistique, l'équipe dirigeante s'est attelée à la tâche pour organiser la séance inaugurale baptisée « Salon 1 » et consacrée à l'invitée principale, Madame Eliane Chiron, professeur des université émérite à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Revenons d'abord sur l'association pour mieux la (faire) connaître :

Son président fondateur, le professeur Mohamed Zine el Abidine, la définit comme un acteur supplémentaire dans la société civile, appelé à contribuer à l'animation culturelle et artistique, plus que jamais requise dans les moments de crise et de manque de visibilité civilisationnelle, pour immuniser notre société contre tous les dérapages susceptibles de l'atteindre.

Pourquoi la Sorbonne ? Justement pour montrer que notre patrimoine le plus inaliénable se doit de rayonner partout dans le monde, surtout dans les instances universitaires les plus prestigieuses dont la Sorbonne est un exemple éloquent. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à voir le nombre important des sommités arabes de la pensée, longuement et largement nourries de la sève intellectuelle de ce haut lieu du savoir. Il n'y a qu'à voir le nombre de thèmes et de sujets qui y sont programmés et qui prennent notre patrimoine riche et varié comme objet d'étude, pour se rendre compte qu'on peut être scientifiquement et intellectuellement servi chez soi comme chez les autres. D'ailleurs ne voit-on pas plusieurs pays arabes implanter chez eux des universités Sorbonne, comme dans les Emirats par exemple où une intense dynamique intellectuelle et culturelle est mise en marche avec beaucoup d'enthousiasme et de conviction ?

C'est donc notre façon, à nous, d'exprimer, chez nous, une ouverture intellectuelle et culturelle qui a une importance vitale et un rôle déterminant pour l'édification de notre avenir sur des bases solides et des valeurs de profonde humanité.

Les Salons de la Sorbonne fonctionnent à deux vitesses : D'un côté, il y a les manifestations et les rencontres publiques où la présence est libre et gratuite. D'un autre côté, il y a les salons fermés (une sorte de séminaires fermés) qui sont réservés aux membres et adhérents nécessairement coptés par parrainage conformément au règlement intérieur de l'association.

Les rencontres des Salons, publiques et fermées, sont appelées à se déplacer à l'intérieur du pays et même à creuser la voie de la coopération avec des structures similaires à l'étranger. Le premier salon a reçu Madame Eliane Chiron ainsi présentée par le professeur Mansour M'henni, modérateur de cette séance inaugurale : « Docteur en Arts plastiques et Sciences de l'art, Docteur d'Etat ès Lettres et Sciences humaines (en 1991 : Poïétique du dessin et enracinement culturel), Mme Chiron est Professeur des universités émérite à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne et directrice du Centre de Recherche en Arts Visuels (CRVA). De par ce statut, elle a dirigé plusieurs dizaines de thèses et continue d'en diriger autant. Elle est aussi professeur visiteur au Brésil et en Tunisie.

Elle est artiste aussi dans un domaine qui allie l'art aux nouvelles technologies. Elle réalise des vidéos-performances, installations, images numériques, etc. Elle a présenté son art un peu partout dans le monde.

Elle a dirigé également plusieurs publications, en plus de ses deux livres qu'on lit avec beaucoup d'intérêt : L'aura, le punctum, le paysage - ainsi que le plus récent (2013), L'énigme du visible. Sans parler de ses nombreux articles publiés sur des supports papier ou numériques et de ses nombreux catalogues qu'on visite avec beaucoup de délectation esthétique.

S'il faut bien revenir plus en détail sur le travail et la pensée d'Eliane Chiron, comme cela été signalé dans le débat qui a suivi la présentation de son ½uvre et la projection de trois de ses vidéos (Nous promettons de le faire), on ne manquera pas de signaler l'air de gaieté et de chaleur amicale ressenties dans l'ambiance des 25 présents à ce premier salon (formule : Salon fermé). En effet, après le premier volet de facture intellectuelle dense et sérieuse, le second volet implique pratiquement tous les membres dans l'animation du salon, qui en jouant sur son instrument musical, qui en chantant ses chansons préférées et qui encore en lisant des poèmes (de lui ou d'un tiers) ou en racontant une histoire courte, drôle et/ou édifiante.

Il est signalé également qu'un accord est scellé entre les Salons de la Sorbonne, l'Association pour la Culture et les Arts Méditerranéens (ACAM) et l'association Brachylogia (Coordination des Etudes Brachylogiques) pour la coopération et le travail en commun. En conclusion, l'initiative est à saluer ; elle augure d'une bonne démarche et semble animée des meilleures intentions. Alors, bonne continuation, bon courage et bonne chance !

Pour plus d’informations sur Eliane Chiron visitez son site web.

Par A.G

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes