mis à jour le

Au Gabon, un premier pas vers la condamnation des crimes rituels

Un sénateur inculpé dans une affaire présumée de crime rituel a été placé sous mandat de dépôt, vendredi 7 juin au Gabon. Il avait été laissé jusque-là en liberté provisoire, mais il avait refusé de se rendre à plusieurs convocations du juge d'instruction. L'affaire remonte à 2009. Une petite fille de douze ans avait été assassinée, victime donc d'un crime rituel dont le sénateur est soupçonné d'avoir été le commanditaire. C'est une première au Gabon. Jean-Elvis Ebang Ondo, le président de l'Association de lutte contre les crimes rituels se félicite de ce placement en détention, signe pour lui du début de la fin de l'impunité au Gabon pour ces crimes.

www.pressafrik.com

condamnation

AFP

L'Egypte confirme une condamnation

L'Egypte confirme une condamnation

AFP

Maroc: RSF "profondément inquiet" après la condamnation d'un journaliste en appel

Maroc: RSF "profondément inquiet" après la condamnation d'un journaliste en appel

AFP

CPI: le Congolais Bemba fait appel de sa condamnation pour crimes de guerre

CPI: le Congolais Bemba fait appel de sa condamnation pour crimes de guerre

crimes

AFP

Un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre présenté

Un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre présenté

AFP

CPI: un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre comparaîtra mercredi

CPI: un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre comparaîtra mercredi

AFP

Soudan du Sud: une commission de l'ONU veut des poursuites pour crimes contre l'humanité

Soudan du Sud: une commission de l'ONU veut des poursuites pour crimes contre l'humanité

rituels

AFP

Nigeria: les crimes rituels des gangs créent la psychose

Nigeria: les crimes rituels des gangs créent la psychose

AFP

Côte d'Ivoire: rituels de "purification" sur la plage "souillée" de Grand-Bassam

Côte d'Ivoire: rituels de "purification" sur la plage "souillée" de Grand-Bassam

Actualités

Au Gabon, la psychose des crimes rituels ravivée par les réseaux sociaux

Au Gabon, la psychose des crimes rituels ravivée par les réseaux sociaux