mis à jour le

Négociations inter maliennes à Ouaga : Reprise effective des discussions sous un scénario imprévu

Après le faux démarrage d'hier, les pourparlers pour la paix au Mali ont vraiment repris ce samedi 8 juillet 2013 à Ouagadougou. L'ouverture est intervenue en fin de matinée à Kossyam sous la direction du Médiateur de la CEDEAO, Blaise Compaoré.

Les négociations ont effectivement repris entre les deux parties maliennes que sont le gouvernement et le mouvement touareg conjoint du Nord, à savoir le Mouvement national de libération de l'Azawad(MNLA) et le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA). Mais, le schéma de discussion a changé. Le scénario de pourparlers directs entre les deux parties sous l'égide du Médiateur Compaoré a été, pour le moment, abandonné du fait de nouvelles exigences posées par la partie gouvernementale qui exigerait l'inclusion d'autres acteurs du Nord-Mali dans les négociations. Chose que ne veulent pas entendre les représentants du mouvement conjoint MNLA-HCUA. Ils se considèrent comme les représentants légitimes de l'Azawad. Du reste, ces exigences de dernière minute de Bamako seraient à l'origine du report des discussions qui devraient débuter ce vendredi 7 juin.

Les délégations reçues séparément

Face à la nouvelle donne, Blaise Compaoré a été apparemment obligé de revoir ses plans. Ainsi, il a opté de recevoir séparément les deux parties. La délégation du gouvernement malien conduite par Tiebelé Dramé a été la première reçue par le Médiateur, suivie de celle du MNLA-HCUA dirigée par Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du MNLA.

Une troisième délégation devrait également être reçue à 17 h par le Président du Faso à son bureau. Cette délégation devrait comprendre des représentants de Mouvement arabe de l'Azawad et le Collectif des ressortissants. Les membres de la délégation attendue devraient venir de la Mauritanie où ils sont basés. Si cela se confirme, Bamako aura gagné une bataille importante qui donnerait déjà une idée des résultats des pourparlers.

Plan de discussion en 4 points

Le Médiateur a fixé aux deux parties en présence le cadre, le plan d'ensemble des présentes négociations : « 1-La cessation des hostilités qui créera les conditions de sécurité indispensables à la tenue d'élections libres et transparentes tout en favorisant le retour des réfugiés et des personnes déplacées.

2-Le redéploiement de l'administration générale, des services sociaux de base, des forces de défense et de sécurité au Nord du Mali et en particulier à Kidal selon des modalités pacifiques qui seront négociées.

3-La création de mécanismes de suivi et d'évaluation comme mesure d'accompagnement composé des pays et organisations partenaires techniques et financiers du Mali.

4-La poursuite des pourparlers de paix après l'élection présidentielle en vue de l'établissement d'une paix définitive et d'un développement durable et inclusif dans le nord du Mali ».

« Il nous faut à travers cette plateforme de négociations, construire un espace de paix reposant sur la bonne gouvernance et sur des nations fortes et stables capables de garantir les libertés fondamentales, la paix et le développement », a conclu Blaise Compaoré.

La fin des présents pourparlers n'est pas attendue avant lundi 10 juillet et pourrait même prendre plus de temps que prévu.

Grégoire B. BAZIE

Ph. Présidence du Faso

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

négociations

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

AFP

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques