SlateAfrique

mis à jour le

Cameroun - Joseph-Antoine Bell tire sur les Lions indomptables

Joseph-Antoine Bell, l’ancien gardien de bus des Lions indomptables, l’équipe de football camerounaise, sort de sa cage et tire à boulets rouges sur la sélection actuelle. Dans une interview au quotidien camerounais Le Jour, l’ancien international parle de Vu de ma cage, une autobiographie qu’il publie ce 15 juin 2011 aux éditions du Schabel à Yaoundé.

Le livre tombe en pleine polémique sur les rivalités entre certains coéquipiers de la formation du sélectionneur Javier Clemente, et les mauvaises performances actuelles des Lions, qui risquent bien de ne pas être qualifiés pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2012, qui aura lieu au Gabon et en Guinée équatoriale. Joseph-Antoine Bell ajoute sa voix au concert de critiques des supporters —et surtout des anciens joueurs:

«Les Lions m’inspirent de la pitié, de la désolation et beaucoup de regrets.»

Une analyse sans concession sur le climat délétère qui règne au sein de l’équipe nationale —même si Bell se défend d’avoir écrit un livre pour parler de la crise du football dans son pays. Il répond aussi aux attaques de ceux qui lui reprochent de ne rien faire pour une meilleure organisation du football au Cameroun, alors qu’il en a la compétence:

«Si cela est vrai, ne trouvez-vous pas cela drôle? Regardez bien notre pays, en général, et notre football, en particulier. Personne n'occupe un poste de responsabilité pour avoir passé un concours spécial ou remporté un duel contre d'autres prétendants. Qu'attend-on de moi, au juste?»

Joseph-Antoine Bell fait partie des joueurs qui ont contribué au rayonnement du football camerounais dans le monde. Son nom s’associe à des légendes comme Roger Milla ou encore l'idole (controversée) du moment Samuel Eto’o. Le sens de la formule et le franc-parler de l'ancien international l’ont fait passer pour la «mauvaise conscience» des Lions:

«Mon livre parle de la cage des buts que je devais défendre et celle dans laquelle certains auraient bien voulu me voir enfermé», ajoute-t-il.

L'ancien gardien de but est l'un des tout premiers joueurs camerounais à tenter une aventure à l'étranger. Une carrière professionnelle qu'il commence d'abord en Afrique au sein de l'Africa Sport d'Abidjan en Côte d'Ivoire et dans l'équipe des Arab Contractors en Egypte. Il va ensuite s'envoler pour la France où il a notamment évolué chez les Girondins de Bordeaux et à l'Olympique de Marseille, dont il sera l'un des premiers africains à porter le brassard de capitaine.

Lu sur Le Jour