mis à jour le

Les Touaregs : Une communauté divisée

On ne saurait trop insister sur la complexité de la situation au Nord, en particulier chez les Touaregs, situation qui nécessite une connaissance très fine de sociétés traditionnelles, traversées de profondes rivalités. Rivalités entre lignages touaregs, (schématiquement : Ifoghas, contre Imghads), entre Touaregs et Arabes, avec des alliances inattendues, certains Touaregs étant alliés à des Arabes contre d'autres Touaregs...

Toutes les alliances et tous les revirements paraissent possibles, tant sont subtils et complexes les rapports entre communautés et lignages. D'ailleurs, au sein des groupes armés, on peut observer une rivalité entre Ansar Dine et le MNLA, la dissidence de l'éphémère MIA après le déclenchement de Serval et son ralliement au MNLA.

 

Les divisions sont bien plus profondes que la vision parfois idéalisée du monde touareg qu'on peut avoir dans les capitales européennes ne le laisse penser. En particulier, de nombreux chefs traditionnels touaregs ne se reconnaissent pas dans les revendications du MNLA.

 

 

La trajectoire personnelle d'Iyad ag Ghali, à l'origine laïque, ancien leader des rébellions touarègues, est à ce titre révélatrice : son basculement progressif s'expliquerait non seulement par un cheminement religieux vers un fondamentalisme quiétiste (initié par des prêcheurs pakistanais d'Al Dawa, confirmé lors de son séjour en tant que Consul du Mali à Djedda, en Arabie Saoudite, (où il avait été nommé par ATT), mais aussi par une rivalité avec la jeune génération du MNLA et une recherche de reconnaissance au sein de la communauté touareg,  par rapport à l'Amenokal des Ifoghas.

 

L'organisation de la société touareg est souvent décrite comme féodale, tant les relations sociales y restent marquées par des rapports de dépendance, voire d'infériorité intériorisée, fondés sur la protection et le tribut.

 

 

Certains sont nobles, d'autres « dominés », comme c'est le cas en particulier des anciens esclaves. Des travaux universitaires ont décrit cette organisation par lignage (l'amenokal, le noble, le tributaire, le forgeron, l'esclave) :

 

Certains travaux distinguent six groupes sociaux fondamentaux dans les organisations politiques touarègues traditionnelles, structures pyramidales reposant sur : l'aristocratie guerrière, elle-même hiérarchisée en lignages dont celui de la chefferie, qui transmet le pouvoir ; les tributaires, qui sont dans un rapport de soumission ;  les religieux, détenteurs du savoir coranique et garants de l'application des règles (héritages, mariages, divorces) ; les artisans, situés au bas de la pyramide sociale, mais libres ; les esclaves (subsahariens alors que leurs « propriétaires » sont d'origines méditerranéenne), considérés comme des marchandises, qui accèdent au statut d'homme libres tout en étant marqués à vie par leur ascendance.

 

On pourrait croire ces catégorisations sociales emportées par la colonisation puis plus encore, par l'indépendance, dans la mesure où le projet politique de Modibo Keita était naturellement de mettre fin à l'ancien ordre social. De fait, la rupture des liens de dépendance a conduit à la formation de nouvelles communautés telles que les Imghas ou les Bellahs. Pourtant, cette société est encore aujourd'hui traversée par des rémanences de l'ancien ordre social. Ainsi, certains analysent la loyauté des Imghas par rapport à l'Etat malien comme une certaine volonté de ne pas revenir à une relation de dépendance par rapport à l'ancienne aristocratie touarègue. D'autres mettent en avant le rôle fondamental des rivalités claniques (Ifoghas contre Idnan par exemple) pour comprendre le positionnement respectif des différentes chefferies touaregs.

 

Une récente réunion passée quasiment inaperçue des Touaregs noirs du Mali (le 22 mars 2013 à Bamako) en dit pourtant long sur les divisions ancestrales de cette communauté, où l'on distingue entre Noirs, descendants d'esclaves, et individus à « peau claire ». Ces représentants ont réclamé dans le cadre de la « réconciliation » entre communautés, une loi criminalisant l'esclavage, phénomène qui selon eux persiste dans le nord du pays. « Nous demandons au gouvernement malien de faire rapidement adopter une loi criminalisant l'esclavage dont nos parents sont toujours victimes dans le nord du Mali », aurait déclaré lors d'une conférence de presse Ibrahim Ag Idbaltanat, président de l'association Temedt. En l'absence d'étude fiable, l'association évalue à « plusieurs centaines », voire « quelques milliers » le nombre de personnes traitées en esclaves dans le nord du pays.

 

Force est de constater d'ailleurs que certains Bellahs, exclus de fait du pouvoir dans les sociétés du Nord, ont rejoint les milices Songhai (Ganda Koye), instaurées en 1990.

 

Des pôles politiques et sociaux différents clivent ce monde fragmenté et complexe dont la réalité très locale exige une subtile connaissance de ces sociétés.

 

Source : jeune Afrique

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

touaregs

Mali

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Conflit

VIDEO. La guerre oubliée des Touaregs dans le sud de la Libye

VIDEO. La guerre oubliée des Touaregs dans le sud de la Libye

AFP

Mali: Paris et Niamey appellent les rebelles touaregs

Mali: Paris et Niamey appellent les rebelles touaregs

communauté

AFP

Les coptes d'Egypte, première communauté chrétienne du Moyen-Orient

Les coptes d'Egypte, première communauté chrétienne du Moyen-Orient

AFP

Les Coptes d'Egypte, première communauté chrétienne du Moyen-Orient

Les Coptes d'Egypte, première communauté chrétienne du Moyen-Orient

AFP

La Centrafrique doit rester

La Centrafrique doit rester