mis à jour le

Un étal de marché à Manakara, Madagascar / Flickr CC
Un étal de marché à Manakara, Madagascar / Flickr CC

Petites recettes pour contourner la hausse des prix des denrées alimentaires

Les pays en développement utilisent souvent des solutions étonnantes et parfois dangereuses.

Les mutations énergétiques, les catastrophes climatiques ou la crise économique. Les facteurs de la hausse du coût des denrées alimentaires sont nombreux dans les pays en développement. A chaque événement imprévu, les prix flambent.

IRIN revient sur les conséquences sociales de cette extrême volatilité des prix en relayant le rapport «Sous pression» rédigé conjointement par Oxfam et l’Institute for Development Studies.

Cette étude montre que lorsque les tarifs alimentaires grimpent, les populations défavorisées, au lieu de modifier ou réduire leur régime, se dirigent vers des activités plus lucratives, mais surtout plus risquées —comme l’extraction minière ou la prostitution.

En outre, l’augmentation du prix des denrées alimentaires s’accompagne souvent de drames sociaux: montée des violences domestiques, progression de l’alcoolisme et de la toxicomanie.

Le site d’IRIN précise que les femmes sont particulièrement touchées par les hausses de prix. Bien souvent, elles doivent jongler avec plusieurs emplois et travailler la nuit pour compléter leurs revenus —certaines sont même obligées de se prostituer, déplore l’étude.

Les salaires sont réévalués, mais jamais assez pour combler l’inflation, affirme l’article. La malnutrition augmente tandis que la part des revenus consacrés à la santé et l’éducation se réduit. La menace humanitaire guette: en 2008, la cherté de la vie a déjà provoqué des émeutes et des crises politiques.

IRIN soulève un autre problème: la désertion progressive du secteur de l’agriculture. Alors qu’elle devrait être un moyen sûr de produire plus de nourriture, l’agriculture est devenue sujette aux incertitudes et subit le désamour des populations défavorisés qui lui préfèrent des activités plus rentables.

Selon le rapport «Sous pression», détaillé par IRIN, pour remédier à la trop grande variabilité des prix, il faut «améliorer la gestion des réserves alimentaires et la réglementation du commerce international des céréales».

Le site suggère également de rendre l’agriculture plus attractive en investissant dans la formation et les nouvelles technologies.

Lu sur IRIN

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Il est de plus en plus facile de voyager sans visa en Afrique  Au Kenya, des élèves bloquent les rues avec leurs bureaux et leurs chaises  Ebola est réapparu au Congo où le virus a causé la mort d'au moins une personne 

inflation

Inflation

Nous sommes tous multi-milliardaires en dollars zimbabwéens

Nous sommes tous multi-milliardaires en dollars zimbabwéens

Neila Latrous

Inflation : quels sont les produits dont les prix augmentent le plus vite ?

Inflation : quels sont les produits dont les prix augmentent le plus vite ?

Ramadan

Le ramadan en plein été, c'est mauvais pour l'économie

Le ramadan en plein été, c'est mauvais pour l'économie

agriculture

Wildlife

La chenille qui menace l'agriculture africaine

La chenille qui menace l'agriculture africaine

Arbre de vie

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Agriculture

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

alimentation

Street food

De l'Indochine à Dakar, comment les nems ont envahi le Sénégal

De l'Indochine à Dakar, comment les nems ont envahi le Sénégal

Régime

Les bananes pourraient bientôt disparaître de notre alimentation

Les bananes pourraient bientôt disparaître de notre alimentation

Superfood

Avec le succès du teff, l'Ethiopie craint d'être victime de «la fièvre du quinoa»

Avec le succès du teff, l'Ethiopie craint d'être victime de «la fièvre du quinoa»