mis à jour le

Saïd Bouteflika à Alger en 2012 / AFP
Saïd Bouteflika à Alger en 2012 / AFP

Le frère de Bouteflika signerait des décrets à la place du président

Saïd Bouteflika est soupçonné d'approuver des décrets présidentiels durant l'hospitalisation de son frère.

Alors que les informations sur l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika et sa capacité à gouverner circulent au compte-gouttes, des décrets présidentiels ont été promulgués depuis Paris, cette semaine.

Selon le quotidien algérien Le Matin, ils auraient été signés non pas par le président, mais par son frère Saïd Bouteflika.

Ces décrets nomment sept fonctionnaires de la direction de l’informatique. Deux des promus sont des militaires, mais les cinq autres nommés chefs d’études sont de «simples» fonctionnaires recrutés seulement depuis 2011, affirme Le Matin. Leurs noms auraient été proposés par Bouabana, directeur de l’informatique de la présidence et proche de Saïd Bouteflika, juste avant l’entrée du président à l’hôpital, estime l’article.

Une source proche de la présidence confie au Matin que toutes les propositions venant des autres structures de l’Etat sont bloquées par Saïd Bouteflika. Selon le quotidien, le frère du président tente de geler l’avancement des fonctionnaires présents depuis les mandats de Chadli Bendjedi et Liamine Zeroual.

La politique de Saïd Bouteflika, en charge de la communication du président, est contestée depuis le début de l’hospitalisation de son frère en raison de la «stratégie du silence» qu’il a adoptée.

D’après le site d’information Tout Sur l’Algérie, un différend avait déjà surgi entre les deux frères à cause d’informations mettant en cause Saïd dans des affaires de corruption juste avant l’hospitalisation du président.

Mais selon l’article, si le frère a bel et bien signé à la place d'Abdelaziz Bouteflika, cela constitue une offense à la loi encore plus grave. Le Matin explique qu’en vertu de l’article 77 de la Constitution algérienne, la signature de décrets présidentiels relève uniquement de la seule autorité du président de la République et ce pouvoir ne peut en aucun cas être délégué.

Ce nouveau scandale, s’il est avéré, risque encore de relancer le débat sur la procédure «d’empêchement» du président.

Lu sur Le Matin

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Bouteflika

AFP

Algérie: Bouteflika exhorte la presse

Algérie: Bouteflika exhorte la presse

AFP

Algérie: le président Bouteflika a reçu le Premier ministre russe

Algérie: le président Bouteflika a reçu le Premier ministre russe

AFP

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

hospitalisation

AFP

Afrique du Sud: Desmond Tutu rentre chez lui après sa 2e hospitalisation

Afrique du Sud: Desmond Tutu rentre chez lui après sa 2e hospitalisation

AFP

Présidentielle au Niger: hospitalisation du "candidat-détenu" Hama Amadou

Présidentielle au Niger: hospitalisation du "candidat-détenu" Hama Amadou

AFP

Bouteflika reçoit des ambassadeurs après son hospitalisation

Bouteflika reçoit des ambassadeurs après son hospitalisation

succession

AFP

Afrique du Sud: un "troisième homme" pour la succession de Zuma

Afrique du Sud: un "troisième homme" pour la succession de Zuma

AFP

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

AFP

Des proches de Bongo accusés de retarder la succession pour échapper

Des proches de Bongo accusés de retarder la succession pour échapper