mis à jour le

Tennis, Prize money : LE MALI VICTIME DE SON SUCCÈS ?

Le coup d’envoi de la 14è édition du circuit international Prize money a été donné samedi au Tennis club de Bamako. La cérémonie d’ouverture était présidée par le premier vice-président de la Fédération malienne de tennis (FMT) Amadou Togola, en présence du secrétaire général de la fédération, Amadou Dicko, Directeur technique national (DTN) Mamadou Bouaré et du Directeur du tournoi, Abdoulaye Fofana. Au total 28 joueurs issus de 3 pays sont en lice cette année pour le prestigieux trophée : le Mali qui fournit le plus gros contingent avec 25 mousquetaires, le Togo (1 joueur) et le Burkina Faso représenté par deux joueurs. Le nombre de participants est en baisse par rapport à la précédente édition à laquelle avait participé une quarantaine de joueurs (38 pour être précis). La situation que traverse notre pays depuis plus d’un an n’est pas étrangère à la diminution du nombre de joueurs étrangers, mais pour le premier vice-président de la FMT ce facteur n’explique pas seul l’absence de certains ténors de la sous-région au tournoi. Pour Amadou Togola, c’est surtout les succès enregistrés par le Mali lors des étapes mauritanienne et sénégalaise du circuit qui ont poussé certains joueurs à renoncer au voyage de Bamako. « Le Mali est victime de son succès, dit-il. Pour moi, c’est parce que ces joueurs ont compris qu’ils n’ont aucune chance de s’imposer ici qu’ils ont déclaré forfait », ajoutera Amaou Togola. « Le Mali s’est imposé cette année aux deux tournois qui précèdent l’étape bamakoise du circuit (victoires de Seydou Diallo à Nouackchott et de Mohamed Sékou Dramé à Dakar, ndlr) et nos représentants ont le moral gonflé à bloc. Après ces belles prestations, je pense que le contingent étranger a tout de suite compris qu’il n’avait aucune chance de s’imposer à Bamako » estime le premier vice-président de la Fédération malienne de tennis. Pourtant le jeu en valait la chandelle quand on sait que cette 14è édition de l’étape bamakoise du circuit est dotée de 5230 dollars US (environ 2.615.000F cfa) dont 750.000F cfa pour le vainqueur. A titre de comparaison, le vainqueur de l’étape mauritanienne du circuit, notre compatriote Seydou Diallo a reçu une enveloppe de 400.000F cfa qui correspond à la moitié du chèque qu’empochera le vainqueur de l’étape bamakoise. Il faut dire que sur le plan financier, tout comme sur le plan sportif, l’étape malienne du Prize money reste l’une des plus prisées. Depuis 14 ans, le Mali organise régulièrement le tournoi, en collaboration avec l’ITF et tous les grands noms du tennis ouest-africain ont participé au moins une fois au circuit. Entre autres on peut citer l’Ivoirien Claude N’Goran double vainqueur du tournoi en 2000 et 2001, le Sénégalais Daouda N’Diaye sacré trois fois (2005, 2006 et 2008), le Burkinabé Dabiré Sansan (2007) et bien entendu nos six compatriotes qui ont inscrit leur nom au palmarès du tournoi : Mohamed Sékou Dramé (2002), Yaya Traoré (2003), Mamadou Keïta et Mamadou Maxime Kouyaté (2010), Batiékoro Keïta (2011) et Seydou Diallo (2012). Si Yaya Traoré parti depuis aux États-Unis et Maxime Mamadou Kouyaté (retraite) ne figurent pas parmi les protagonistes de cette 14è édition du circuit, Seydou Diallo dit Binké, les frères Keïta (Madou et Batiékoro) et Mohamed Sékou Dramé sont bien là et tous ont le même rêve : devenir le premier joueur malien à remporter deux titres. Sur le papier, le N°1 malien et champion du Mali en titre, Seydou Diallo fait figure de grand favori à sa propre succession. Toutefois, la star montante du tennis national devra compter avec la présence de son aîné, Mohamed Sékou Dramé en grande forme actuellement et qui vient de le prouver à Dakar où il s’est hissé sur la plus haute marche du podium en dominant sèchement deux Sets à zéro Youssouf Berthé devant son public. Mais peut-on assister à l'émergence d'un troisième larron en cas d'échec des deux joueurs cités plus haut ? Réponse dès demain à l'issue de la grande finale prévue à partir de 16h 30 et qui sera présidée cette année par le ministre de la Jeunesse et des Sports, hamèye Founé Mahalmadane.

S. B. TOUNKARA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Mali

AFP

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

AFP

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

victime

AFP

L'Afrique victime colatérale de la Fed, de la BCE et du Brexit

L'Afrique victime colatérale de la Fed, de la BCE et du Brexit

AFP

Gabon: victime du pétrole, Port-Gentil redoute "la moindre étincelle"

Gabon: victime du pétrole, Port-Gentil redoute "la moindre étincelle"

AFP

Le dictateur tchadien Habré versera jusqu'

Le dictateur tchadien Habré versera jusqu'

succès

AFP

Afrique du Sud: succès du roller-derby chez les sportives

Afrique du Sud: succès du roller-derby chez les sportives

AFP

Côte d'Ivoire: le pagne africain, petit nom, gros succès et grandes ambitions

Côte d'Ivoire: le pagne africain, petit nom, gros succès et grandes ambitions

AFP

L'enfance perdue de l'écrivain franco-rwandais Gaël Faye, succès surprise de la rentrée

L'enfance perdue de l'écrivain franco-rwandais Gaël Faye, succès surprise de la rentrée