mis à jour le

Nos expatriés : REVOILA ABOUBACAR DJERMA

Aboubacar Djerma (en jaune) rêve de jouer
le prochain Mondial avec les Aigles

Depuis son départ de la J. A. en 2007, Aboubacar Djerma n'avait plus donné signe de vie et nombre de compatriotes pensaient que le joueur avait arrêté sa carrière de footballeur pour faire autre chose. En fait, l'ancien joueur des Onze Créateurs, de la Commune II, du Nianan et de la J. A. n'a jamais quitté les terrains de football et n'a pas pensé un seul instant abandonné le ballon rond. La preuve, après avoir séjourné en Tunisie et aux Emirats arabes unis, le joueur de 26 ans vient de signer son premier vrai contrat pro avec Arab Contractors, pensionnaire de première Division égyptienne. «J'ai signé un contrat de deux ans avec Arab Contractors, confirme Aboubacar Djerma. J'avais des propositions aux Emirats arabes unis, mais j'ai opté pour l'Egypte parce que le niveau du championnat est plus relevé ici», ajoute-t-il. Et quand on lui demande pourquoi il veut jouer au haut niveau, le natif de Djicoroni-Para (il est né en 1987 d'un père ouvrier et d'une mère ménagère) Aboubacar Djerma répond sans détours : «je veux jouer au haut niveau parce qu'on ne peut pas prétendre à l'Equipe nationale sans atteindre un certain niveau». Les Aigles, c'est donc l'objectif avoué de l'ancien joueur de la J. A. qui reste toutefois lucide et conscient qu'il doit encore faire ses preuves. «Il ne suffit d'avoir l'envie pour prétendre à la sélection nationale. Pour moi, le plus important n'est pas l'envie, mais le fait d'être prêt. Mon objectif est de participer à la prochaine Coupe du monde avec les Aigles, mais je dois d'abord progresser et faire mes preuves», affirme le sociétaire d'Arab Contractor. En début de saison, Aboubacar Djerma passait plus de temps sur le banc que sur la pelouse. Mais depuis quelques semaines, se réjouit-il, la situation a changé et les choses évoluent de façon positive. «Je suis titulaire maintenant et j'ai marqué 3 buts lors des 6 derniers matches de l'équipe». Le nouvel attaquant d'Arab Contractor indique que le début de championnat a été difficile pour son équipe restée longtemps menacer par la descente en Division inférieure. Mais ce mauvais début de saison n'est plus qu'un mauvais souvenir et Arab Contractor occupe aujourd'hui la 5è place du classement de son groupe composé de 8 équipes. «Il reste encore quelques journées et notre objectif est d'accrocher une place qualificative à la coupe d'Afrique des clubs. Toute l'équipe est mobilisée, souligne Aboubacar Djerma; nous nous battrons jusqu'au bout pour atteindre cet objectif». L'attaquant d'Arab Contractor a commencé sa carrière de footballeur à l'AS Daniel, une équipe du quartier de Djalakorodji dans la Commune rurale de Kati. Repéré par l'ancien international Doudou Diakité, il rejoint le Stade malien où il ne restera que trois mois, avant d'être prêté au Nianan de Koulikoro. Un an plus tard, Aboubacar Djerma revient à Bamako et passe du côté des Onze Créateurs. Pas pour longtemps car dès la fin de la saison, le jeune joueur signe en faveur de la J. A., nouvellement promue en première Division. Contacté par l'Espérance sportive de Zargich, il quitte le Mali pour la première fois en 2006 et pose ses valises en Tunisie. Mais le rêve tourne au cauchemar pour le jeune joueur qui sera trimbalé pendant plusieurs mois par des agents peu véreux, avant de trouver refuge à Bizerte, précisément à Zarzouna, une équipe de D2. L'année suivante, Aboubacar Djerma quitte Bizerte et rejoint le Stade africain où il signe son premier contrat. On connaît la suite : après deux ans de séjour dans cette équipe, le jeune attaquant quitte définitivement la Tunisie, direction le Golf plus précisément aux Emirats arabes unis. L'ancien joueur de l'AS Daniel signe alors à Ataawan de Ral Al Khaïma (une équipe de D2) et termine la saison avec 14 buts au compteur. Cette performance met le canonnier sous les projecteurs. Aboubacar Djerma reçoit des offres de plusieurs clubs locaux, mais le joueur décide de quitter le Golf et embarque à destination du pays des Pharaons. «Aux Emirats arabes unis, raconte-t-il, j'ai été approché une fois par un officiel nigérien qui pensait que j'étais originaire du Niger. Je ne sais pas si c'était pour me mettre en contact avec les instances sportives du Niger, mais je lui ai dit que je suis Malien et que toute ma famille se trouve au Mali. Je pense que c'est le nom Djerma qui l'a poussé vers moi». On rappellera juste à l'officiel nigérien qu'il pourrait rencontrer un jour un autre Djerma dans le football malien différent de l'attaquant d'Arab Contractor : Lassine Djerma, gardien de but au Djoliba et frère-cadet d'Aboubacar Djerma.

S. B. TOUNKARA